Ina #13

Publié par

[Pour public averti]

Il faisait déjà nuit sur la forteresse de Songe lorsqu’une tempête de neige s’abattit sur les fortifications. Ina avait passé la nuit à retourner son cerveau dans tous les sens afin de trouver une solution à son problème et un rêve mentionnant Freyr lui avait fait comprendre à quel point elle souhaitait rentrer à Symphonie. Bien qu’elle ignorait d’où elle venait, la cité perchée sur Dar Ys était ce qui se rapprochait le plus d’un foyer pour Ina. La serre était devenu une sorte de refuge et la bienveillance avec laquelle elle surveillait les plantes naître en son sein en faisait la seule pièce où Ina se sentait un minimum en sécurité. Siegfried était toujours introuvable et Mime se permettait de rester toute la journée à s’occuper de la végétation. Les plantes étaient bercées par les douces mains de l’enchanteur et un livre s‘éternisait entre celles de Tyr. Ce dernier s’approcha d’Ina en lui tapotant la tête de son livre et les jambes de la jeune femme se relevèrent péniblement à cause du manque de sommeil du banc où elles étaient confortablement posées depuis le début de l’après-midi. 

« Il serait temps que tu t’entraînes au combat ou à la magie. Histoire que tu puisses explorer ton potentiel, dit-il en lui présentant un livre intitulé Sur la culture de la guerre et de la magie dans les coutumes ardentes. Ce sera du temps de gagner pour Loki.

Un autre chef d’oeuvre de ROSE, je présume ?

Cinglante, Ina n’était pas d’humeur à bouquiner dans son coin. Les habitant.e.s de ce monde avaient certes une force exceptionnelle et la magie était un élément naturel pour eux.elles. Si bien que contrôler le cours d’un fleuve par leur seule volonté était routinier. Son envie d’être indépendante et assez forte pour pouvoir se défendre lui parut soudainement irréalisable et cette cuisante déception rendait l’opuscule inintéressant.   

Quel est mon pouvoir Mime ? Pourquoi Loki t’a-t-il envoyé me chercher ? Envoyer l’un des plus puissants soldats de Songe alors qu’un simple guerrier aurait suffit à ma capture, demanda Ina en proie aux doutes.

Ces énigmes n’étaient pas les seules à affluer dans son esprit mais l’indifférence de Mime lui fit hâtivement baisser les bras. Suivants leur routine, les yeux de l’enchanteur se fixèrent sur le paysage derrière les vitraux colorés de la serre et une mimique incommode hanta ses lèvres.

Regarde. Encore un, répondit-il sans émotion.

Ce détournement de conversation irrita Ina mais ses yeux suivirent tout de même la direction des siens. Un homme en armure tentait de traverser la tempête pour atteindre le château. L’intérêt que Mime portait à cette situation enivra la jeune femme et elle fut rapidement captivée par la suite des événements. Le guerrier s’approchait désespérément du bastion, luttant de toutes ses forces contre le vent. Sorti de nulle part, un loup gris colossal à la fois majestueux et trapu se lança sur lui.

Habituellement, c’est Siegfried qui monte la garde, ajouta le sombre Tyr. Seul Fenris est dorénavant envoyé pour repousser les émissaires d’autres régions et les soldats de Symphonie venue.e.s attaquer le bastion enneigé et son appétit a la réputation d’être féroce… Nous ! Nous sommes coincés ici avec toi…

Voilà ce qui arrive à celles et ceux qui viennent te chercher. J’espère pour toi que Freyr n’aura pas la bêtise de venir, ajouta Mime et cherchant visiblement à faire réagir Ina, il continua après quelques minutes de silence implacable. Il fut mon ami durant des milliers d’années. Avant de sombrer dans ses idéaux, de partir pour Arlys, de nous abandonner et de laisser sa sœur entre les mains de Loki. Tout ça pour quoi ? Car le murmure de ton existence s’était déjà répandu… et te voilà ici, à sa place, grommela Mime d’un air amer. Hela a eu raison de se moquer de vous la dernière fois.

Les joues d’Ina commencèrent à la brûler et bien qu’elle chassa les souvenirs des caresses partagées avec son amant pour se concentrer sur l’homme dans la gueule acérée de Fenris, elle ne put s’empêcher de réfléchir aux intentions de Freyr mais aussi au changement soudain d’attitude de l’enchanteur. Traîné de force vers la forteresse, l’homme inconnu laissait derrière lui un sentier d’un fluide écarlate.

Pourquoi les habitant.e.s de cette cité obéissent comme des chiens à Loki ? Aucun.e d’entre vous n’en tire profit, gueula Ina. Et qui sont ces gens ? Ils ne font pas partis de l’armée de Symphonie ! 

La forteresse de Songe est trop loin de Symphonie. Traverser la forêt de pins de Taliesin, escalader les montagnes de la baie des Loups, traverser le lac gelé d’Ithurnator… ces ardent.e.s doivent te chercher par ordre de leurs souverain.e.s. De simples curieux, des fanatiques ou des idéalistes… Les prévisions de Loki se sont révélées justes. Néanmoins personne n’arrivera jusqu’à la forteresse. Seul.e.s les Songeois.e.s sont habitué.e.s aux tempêtes de glaces et à ce climat difficile.

La crédibilité des révélations de Loki était donc fondée. Des soldats inconnus venaient chercher la jeune femme malgré la dureté des éléments nordiques. Fuir ce château était absolument nécessaire. Si son éventuel pouvoir imaginé ou réel provoquait des guerres ou permettait à Loki de devenir le roi de Credere, Ina se devait tout simplement de disparaître. La réponse aux attentes du maître de Songe devait lui être délivrée avant l’arrivée de la lune et vu le comportement déluré de ce dernier, il valait mieux qu’elle soit affirmative.  

Comment vas-tu t’enfuir ? Les choses vont empirer…  chuchota Mime devinant le fond de ses pensées. Le mieux serait de coopérer.

Je préfère recevoir le courroux de votre maître plutôt que d’avoir l’impression d’accepter ma condition ! 

Tu ne feras pas un pas en dehors de la serre, s’écria Tyr acerbe. Nos ordres sont catégoriques.

Mime acquiesça d’un signe de tête et Ina fut contrainte de s’avouer qu’elle ne pouvait rien faire seule contre deux Ethos au service de Loki. Ses pupilles refusèrent de regarder le paysage. Elle ne voulait pas voir Fenris réduire en charpies des ardent.e.s dans les steppes gelées. Prendre soin des plantes lui permit de faire le vide dans son esprit, ses mains furent dirigées par celles de Mime, pour qui ces êtres semblaient représenter un véritable trésor. Tyr se plongea dans une seconde lecture et le regard de la jeune humaine fut instantanément intrigué par l’inscription dorée de la couverture : Pouvoir et Don de l’autre monde. Dès qu’il réalisa l’intérêt qu’Ina porta à son livre, ses mains tentèrent de lui cacher l’œuvre. Au moment où l’envie prit Ina de lui arracher brutalement des mains, Mime ouvrit la bouche et la coupa dans cet élan peu opportun.

« Loki a dit quelque chose sur la prophétie ?

Il est bien plus bavard que les autres Ethos que j’ai pu rencontré.e.s. Ne faut-il pas une autorisation impériale pour en parler ? Loki pense effectivement que j’ai une influence sur ce monde et il ne semble pas avoir peur d’aller contre les Lois instaurées en Credere.

Mon maître voit en cet oracle l’arrivée d’un être venu unifier Credere et le Continent. Un seul souverain pourrait alors régner sur l’ensemble des Terres, commença Tyr. Loki n’accepte pas la légitimé du despote Baal.

Dans d’autres régions et des cités plus éloignées, cette légende n’est pas bien vue. Cet être peut être perçu comme créateur ou destructeur selon les interprétations. Si Loki voit en toi ce pactisant dont il a besoin, ta libération n’aura pas lieu d’être, dit Mime d’une terrible intonation.

Rends-toi à l’évidence. J’ignore pourquoi les humain.e.s sont ainsi. Siegfried te ressemble indubitablement. Défendre des causes perdues semble être l’apanage de l’humanité, conclut Tyr d’un regard méprisant.

L’espoir fait vivre, chuchota Ina.

Il n’y a plus d’espoir en ces terres glacées… mais te voir te débattre avec tant d’ardeur n’est pas pour me déplaire, avoua la voix impromptue du maître des lieux.

Un Loki empressé et confiant avait surpris leur discussion. Il ne prit même plus la peine d’emmener Ina dans l’étrange chambre vide, pensant sans doute qu’elle lui appartenait d’ores et déjà comme une simple arme de combat. Son sourire narquois se fit de plus en plus prononcé alors qu’il ouvrit une deuxième fois la bouche :

Quelle est ta réponse ?

Vous êtes aveuglé par vos rêves de pouvoir et par des légendes idiotes. Si je suis si importante, si indispensable, à vos yeux… vous ne me ferez pas de mal. Je suis une précieuse otage et vos menaces ne m’effrayent pas.

Les yeux exorbités du maître du bastion délivrèrent un certain malaise et les pieds d’Ina souhaitèrent s’échapper au plus vite mais un seul pas réussit à énerver le menaçant Ethos. Tyr regarda la scène d’un profond air de dédain tandis que Mime leva les yeux en l’air, exaspéré par la véhémence dont Ina faisait encore preuve après toutes ses expériences pourtant catastrophiques.

– Où penses-tu aller comme cela ? Je t’interdis de bouger, ordonna le seigneur de Songe.

Les pas lents d’Ina prirent de l’ampleur mais sa démarche resta calme et assurée.  

– Tu es bien capricieuse, chère prêtresse… On va régler cet écart de comportement. »

Loki, sourire aux lèvres, fit un signe de tête aux deux Songeois sous ses ordres au moment où Ina s‘élança le plus loin possible de cet Ethos malveillant. Elle parcourra en catastrophe la serre, puis entreprit de briser la baie vitrée en projetant des chaises sur sa surface. Une issue souhaitait plus que tout s’offrir à ses yeux mais essoufflée, elle s’arrêta et vit un autre soldat braver les vents frigorifiques et s’approcher du bâtiment. Les mains de la jeune femme frappèrent frénétiquement le vitrail transparent contre lequel elle se mutila les doigts à force de taper et de crier à l’aide, lorsque les bras de Tyr l’encerclèrent par derrière. Caché dans la pénombre, Mime fit quelques pas vers elle, se dévoilant ainsi à la lueur de la lune.

Une myriade d’insultes sortit de sa bouche accompagnée de questions sur leurs comportements. Les cordes de la harpe de Mime s’élancèrent et attrapèrent ses bras et ses jambes de sorte qu’elle ne puisse plus bouger. Aucune explication ne lui fut donnée mais divers regards échangés entre les deux Songeois lui donnèrent une idée de leurs motivations et les ordres de leur maître ne pouvaient pas être ignorés.

À l’instant où Ina pensait être perdue, une secousse fit trembler les fortifications de Songe, et toutes les torches accrochées au mur tombèrent violemment et s’éteignirent. Une émanation de fumée emplit rapidement les couloirs, puis la serre, et fit tousser les deux Songeois et Ina tombé.e.s à la renverse. Elle tenta de s’éclipser discrètement de cette véritable cage de verre pendant que les cordes de l’instrument étaient relâchées. Ce fut une réussite cependant la baie vitrée laissant passer les rayons lunaires, la serre était assez éclairée pour permettre aux Ethos de localiser promptement la jeune humaine. Tyr la plaqua d’une simple main contre les vitraux et Mime s’approcha avec hésitation. Son compagnon d’arme le rappela cependant à l’ordre et l’enchanteur fonça droit sur Ina tout en réactivant les liens de sa harpe. Une de ses mains passa doucement dans les cheveux de la jeune femme et ses lèvres tentèrent d’approcher les siennes. Sa tête étant la seule partie de son corps qui n’était pas monopolisée par les cordes de la harpe de Mime se tourna avec répulsion et évita ainsi un baiser malsain. Ce refus entraîna une souffrance plus violente car les cordes se serrèrent davantage, déchirant ainsi ses vêtements et sa chair. Ses jambes cédèrent sous la douleur et Ina s’écroula au sol. Ses mots étaient maintenant la seule défense qu’il lui restait.

« Pourquoi obéir à Loki ?! Si un pouvoir m’appartenait, je me défendrais !

Une réponse négative entraînerait une punition. Tu as refusé d’écouter mes mises en garde… chuchota Mime comme pour se dédouaner de ses actes ignobles. Ces ordres nous ont été donnés bien avant que tu n’arrives dans la forteresse. Il ne tenait qu’à toi de ne pas les déclencher. Tes caprices d’humaine sont peut-être écoutés à Symphonie, ici c’est bien différent… »

La rage d’Ina se transforma en une répugnance tenace qui se transposa alors sur l’individu qui avait inventé cette délétère annonciation mystique. L’écrivain de Pouvoir et Don de l’autre monde causait indirectement sa souffrance. Si cette rumeur n’avait pas existé, je n’aurais pas à subir ces violences, pensa Ina en serrant les dents. Ses deux bourreaux la regardèrent alors avec pitié, une pitié qu’elle connaissait bien depuis son arrivée sur cette île. Elle l’avait ressentie dans toute sa splendeur le jour où le Paladin d’Arlys l’avait soignée des blessures infligées par Hélios. Un sentiment qui la dégouttait intimement. Son dos posé contre un mur de verre glacial, à l’inverse de son torse qui subissait les outrages de deux corps brûlants, commençait à se désagréger en petits morceaux de peau qui restaient collés au vitrail par l’action du froid. Ses fluides corporels s’échappaient en une explosion de fragrances suaves et de grincements insolites d’une violence absolue. L’odeur de sa propre transpiration, la sensation de son sang tiède coulant le long de son dos et le bruit de son bassin glissant contre la baie vitrée qui lui rappelait le son que faisait la joyeuse ondine en nettoyant les miroirs du Temple d’Arlys la plongèrent un instant dans l’oubli, loin de la réalité. Cette dissociation furtive de son esprit prit fin lorsque les attouchements s’intensifièrent et ce jusqu’à ce qu’ils s’introduisirent en elle. D’abord hésitantes puis brusques et enfin bestiales, ces vicissitudes continuèrent de bon train malgré les contestations d’Ina, et c’est alors qu’elle sût qu’elle ne disposait plus d’aucun pouvoir sur son propre corps. Des lamentations haletantes se mélangèrent alors aux soupirs de plus en plus fréquents de ses assaillants. Et la peur, le dégoût puis la colère d’Ina disparurent pour se transformer en une indicible angoisse et une indescriptible oppression qui nouèrent son ventre, sa gorge, puis sa poitrine. Des gémissements de désespoir sortirent d’entre ses dents dans l’espoir que Siegfried vienne à son secours. Finalement, les habitant.e.s de ce monde ne semblaient pas pouvoir faire preuve de compassion et d’indulgence. Une impression de déjà-vu se réclama à ses pensées et son martyre prit fin lorsqu’une sylphe alertée par les hurlements revint accompagnée d’une femme à l’apparence douce et guerrière. Les yeux verts de cette dernière s’écarquillèrent et sa voix disparut pendant quelques instants avant de se mettre à crier à son tour. Elle fit apparaître une épée ensanglantée entre ses mains et menaça les soldats de Loki. Mime et Tyr s’écartèrent d’Ina en vitesse. Les cordes de la harpe de l’enchanteur avaient formé des lacérations partout sur son corps. Ina eut donc beaucoup de peine à se relever tandis que ses deux agresseurs restèrent silencieux, à la regarder sans bouger. La femme à la chevelure dorée vint à son secours et la souleva d’une main bienveillante alors que Tyr souffla de contrariété et que les yeux de Mime étaient maintenant rivés sur la marre de sang encerclant Ina. Ses cheveux blonds bouclés accompagnaient un joli minois qui ne présentait aucune forme d’arrogance, mais plutôt une certaine pudeur. Ses yeux verts envoûtants croisèrent le regard d’Ina et lui rappelèrent étrangement ceux de Freyr. En état de choc, le visage d’Ina s’enfouit dans les bras de l’épéiste inconnue et cette dernière déposa calmement sa cape jaunâtre sur les épaules de la jeune humaine de sorte à cacher sa nudité.

« Pourquoi les Ethos agissent-ils ainsi ? Je les hais, cria Ina de toute haleine.

Ces chiens ont oublié qu’ils avaient une conscience, lui répondit la femme. Mime… tu as pourtant été un ami de Siegfried et de mon frère, continua-telle à l’intention de l’enchanteur. Comment peux-tu en arriver là ? Hors de ma vue !

Freyja… si tu t’interposes, Maître Loki n’aura pas d’autres choix que de te punir également, lui suggéra Tyr peu touché par ce qu’il venait de commettre tandis que Mime restait les yeux cloués au sol, sans même répondre aux injonctions de Freyja.

Dis à ton maître que je l’attends avec impatience, répondit-elle confiante. Loki ne me fera rien. Et puis quel est le problème ? Vous avez déjà mis vos ordres à exécution, ce n’est que votre plaisir que je romps trop tôt. Disparaissez maintenant !

C’est facile à dire quand on sait que c’est Freyr qui a subi à ta place durant tous ces millénaires, rétorqua Ina tremblante. Tu joues les sauveuses alors que tu as les bonnes grâces de Loki ?

C’est vrai… D’abord mon frère qui s’est sacrifié pour me protéger. Et maintenant, la disparation de mon cher Siegfried qui a cherché à te protéger. Durant des millénaires, je n’ai rien dis, pensant ainsi protéger mon peuple puis Siegfried… Lequel d’entre-vous l’a trahi ?! »

Tyr haussa les épaules et partit en direction du grand salon alors que Mime resta silencieux et n’osa pas affronter le regard de colère de Freyja. Cette dernière était sincère et comprenait les sentiments humains du fait de sa proximité avec son amant anciennement humain, Siegfried. Ses bras musclés portèrent Ina et la transportèrent jusqu’à sa propre chambre. Les yeux d’Ina n’osèrent pas se fermer de peur qu’un douloureux événement surgît à nouveau. Un silence morbide prit alors place mais Freyja le brisa en s’excusant pour ce tragique incident et ses lèvres se déposèrent sur le front de la jeune humaine.

« Je vais te faire sortir d’ici. Laisse-moi un peu de temps, chuchota Freyja à l’oreille d’Ina. Siegfried m’a parlé de toi, humaine. Il disait s’être pris d’affection pour une ancienne « sœur » telle que toi. Mon frère semblait également penser que tu étais de bon augure. Je ne peux pas me permettre de défier Loki de front… pas encore. Mais ce jour viendra… Ne sois donc pas étonnée de me voir en sa compagnie. Freyr et moi sommes des otages de longue date. Si Freyr a eu le courage de s’enfuir, je ne peux pas me résigner à partir et à mettre ainsi en danger mon peuple. Loki déclarera sans hésiter la guerre à Lumen. Nous n’étions que des agriculteurs et des chasseurs d’une petit île sauvage avant d’être envoyé.e.s dans cette horrible forteresse. Je ne les trahirai pas. Et Mime… Mime a changé. Au fil des siècles, il est devenu plus froid, plus distant, plus cruel…

Celui qui obéit à un ordre affreux, même à contre-cœur, ne mérite pas mon pardon. Mais… avant, tu as demandé qui avait trahi Siegfried. Ce n’est pas Mime. Il s’inquiétait de son sort et m’a prévenue...

Tyr… cet espèce de… Il paiera pour sa perfidie, vociféra Freyja avant qu’Ina sombre dans un sommeil agité et cauchemardesque. Si je te dis tout cela, jeune humaine, c’est en partie pour évacuer le poids de ma propre lâcheté et de ma culpabilité. Pardonne-les de leur stupidité et pardonne-moi. Comme Siegfried a pu le faire lorsqu’il a saisi le poids de l’Éternité… »

À l‘aube, Ina sortit de la chambre en même temps que la jumelle de Freyr. Elles firent attention de rester à bonne distance de la serre et allèrent dans le grand salon. L’escalade de la violence n’allait que s’accroître si Loki n’obtenait pas ce qu’il voulait. La stratégie de Freyja était de sourire et de faire profil bas jusqu’à l’arrivé d’une aide précieuse qu’elle avait convoquée pour sortir l’humaine de cette impasse et aussi retrouver la trace de Siegfried. Loki s’y trouvait déjà accompagné de l’effrayante femme aux cheveux d’un noir de jais. L’Ethos dénommée Hela éclata d’un rire étouffé, puis s’approcha de Freyja et la prit tendrement dans ses bras en la mettant en garde contre son éventuelle félonie. Les pupilles de Freyja plongèrent dans les siennes et un silence de gêne dont Hela se délecta, s’installa.

« Voici ma fille, Hela, dit Loki d’un sourire narquois. Freyja, tu n’oseras pas me défier, n’est-ce pas ? Qui sait ce que je pourrais infliger à Siegfried ou à Freyr lorsqu’il sera de retour parmi nous… ou même aux elfes de lumière de Lumen. Tes enfants…

C’est elle, l’humaine pour qui ton frère nous a quitté ?, questionna Hela à l’attention de Freyja qui ne répondit à aucune de ces provocations. Quelle créature triviale…

Sais-tu pour quelles raisons j’ai fait venir Hela ?, demanda Loki à Ina.

Je l’ignore, affirma la jeune femme d’un ton calme et distant, paradoxalement aux cris d’amertume qui continuaient d’hurler à l’intérieur de sa tête.

Contrairement à Freyr, Freyja s’est toujours montrée obéissante et je sais à quel point Siegfried tient à elle. Hela a recardré plus d’une fois le caractère un peu trop cavalier de Freyr. Penses-tu qu’elle doive s’occuper de Siegfried ou de Freyja ? Choisis bien.

Le sourire diabolique de Loki la fit frissonner et Freyja devint rigide. Piégées par les machinations de Loki, les deux femmes firent silence. Le choix qu’offrait Loki à Ina se montrait fourbe et tyrannique, si bien que la jeune humaine refusa de contribuer à cette persécution pernicieuse.

 – Siegfried m’a trahi en cherchant à t’apporter de l’aide et pour ce fait, il doit être puni, continua Loki voyant la non-participation d’Ina à son jeu macabre. Quant à Freyja, elle est venue importuner mes soldats en plein exercice de leurs fonctions… Si tu ne fais aucun choix, la sanction tombera sur toi.

Vous aviez donné l’ordre de me torturer ! Ils ont mis à exécution vos ordres avant d’être stoppés par Freyja. Vous n’avez aucune raison d’agir de la sorte, cria la jeune humaine. Je ne choisirais pas entre faire du mal deux fois !

Non. Non. Non. Cette humaine ne comprend rien ! Ce sont les choses de Père et une chose désobéissante mérite une correction, s’esclaffa Hela. L’humaine ressemble à mon tendre Freyr. Lui non plus ne voulait pas choisir… alors il est devenu mon favori ! »

Après un hochement de tête du maître des lieux, des gardes sylphes encerclèrent Freyja et lui intimèrent l’ordre de rester en place. Loki prit violemment Ina par le bras et l’entraîna dans le couloir, puis vers le donjon. Sa force ne lui permit pas de se débattre et ses indignations n’eurent aucun impact sur lui. Une fois arrivée dans une salle de torture, humide et suintante de moisissure, ses lèvres se pressèrent contre l’oreille de la jeune humaine.

« Tu vas payer pour m’avoir refusé ton aide, chuchota-t-il dans un soupir inquiétant. Les bons samaritains ne font pas long feu entre ces murs… Freyr pourra en témoigner.

Les poignets d’Ina furent attachés à des chaînes métalliques accrochées au plafond et le seul choix qui s’offrait à elle était de crier de toutes ses forces. Agacé, Loki affirma qu’il préférait le silence et la gifla sauvagement. Du sang coula le long de son menton tandis qu’un éclat de rire sortit de la bouche du seigneur de Songe. Les yeux d’Ina, emplis de haine, le fusillèrent du regard mais il n’y prêta aucune attention. Sa psychopathie la terrorisait et il prit un poignard dans sa main droite avant de l’enfoncer dans la hanche de la jeune femme. Un sourire malsain restait figé sur son visage et Ina comprit que le supplier d’arrêter ne ferait qu’accroître sa violence. Tout au long de sa séance d’humilité, comme il l’appelait, Loki caressa ses blessures de la veille et s’amusa à les creuser davantage avec ses ongles. Ensuite, sa langue parcourra les plaies afin de se délecter du sang de la jeune humaine. Ina savait qu’il n’allait pas la tuer. Il comptait plutôt la torturer jusqu’à ce que sa requête soit acceptée.

Connais-tu les bienfaits du sang humain pour les ardent.e.s ? Les Ethos d’Elysion le font macérer avec de l’hydromel de pomme ou de l’alcool de raisin pour en faire ressortir un puissant remède vivifiant et aphrodisiaque. As-tu déjà goûté au Vin d’Ys ? Ce délice est rare… mais la bibliothèque de Nemed conserve…

Espèce de taré ! Connard…, cria Ina à bout de souffle. Je ne t’aiderai jamais !

Les humains sont plus intéressants que je ne le pensais. Je les imaginais pleurant et me suppliant, déféquant et urinant sur le sol crasseux de mon donjon, soupira-t-il. Mais au lieu de ça, Siegfried et toi, vous faites preuve d’une fierté mal placée…

Ses faiblesses d’humaine, Ina ne les connaissait que trop bien. Il ne s’agissait pas seulement d’un terrible défaut de puissance physique ou magique mais aussi d’une empathie dévorante qui la prenait aux tripes à chaque fois qu’elle voyait une injustice se dérouler sous ses yeux. Et bien que ses forces soient limitées, elle saisit le courage qu’il lui restait pour envoyer un coup de pied dans la cheville de l’Ethos. Il tomba brutalement en arrière et resta allongé sur le sol, choqué de sa rébellion, durant un laps de temps qui parut durer une éternité à Ina. Après un moment de réflexion de la part de Loki, la jeune femme réalisa que jouer les héroïnes n’avait jamais été l’idée la plus brillante depuis le début de son enfermement à Songe. L’homme se releva et la frappa de toutes ses forces mais ce n’était pas sur les traumatismes physiques que Loki comptait le plus.

Les ordres donnés à Mime et Tyr t’ont-ils été agréables ? Ou… aurais-tu préféré que j’envoie Fenris te déshonorer à leur place ? Je préfère donner l’ordre à d’autres de s’insinuer dans un corps. Une double-peine aussi bien pour la victime que pour l’attaquant.e… Hela affectionne particulièrement cette technique aussi extravagante que prodigieuse.

Afin de se protéger de ces offenses infâmes, Ina chercha à coller ses bras contre ses oreilles. La voix vénéneuse du seigneur de Songe s’infiltrait lentement dans son esprit et la crainte que ses mots puissent résonner à l’infini dans ses pensées l’obsédait. Loki jubilait de plus belle lorsqu’il empoignait les cheveux de la jeune femme, rejetant ainsi sa tête en arrière à chaque fois qu’elle recherchait le silence. Quand des hurlements de souffrance psychologique retentirent dans le donjon entier et que des gouttes de sueurs mélangées à de l’hémoglobine coulèrent le long du corps de la jeune femme, un contentement sadique s’afficha sur le visage de Loki. Il déchira ensuite sa robe pour en faire un bâillon car les cris le déconcentraient. Ina savait que quelque soit la manière dont elle réagirait, Loki demanderait autre chose. Le souvenir d’Hélios lui sembla alors d’une douceur exemplaire face à la cruauté de Loki.

– La prochaine fois, je ne veux plus t’entendre, conclut-il avec condescendance. J’ai mal à la tête…

Il la libéra de ses chaînes mais ses jambes marquées d’une nuée de cicatrices encore dégoulinantes ne supportèrent pas le poids de son corps. En tombant à terre, la main d’Ina percuta le fer froid du poignard qu’il avait utilisé pour taillader sa chair. Présomptueux, Loki s’approcha alors en lui disant qu’elle devait obéir à ses ordres avant de se diriger vers la porte de sortie. Ce maniaque n’abandonnerait pour rien au monde, pensa Ina. Sa main gauche enleva violemment le bâillon pendant que sa main droite tenta d’attraper l’arme blanche. Usant de ses dernières ressources pour se relever et courir, Ina hurla d’une fureur inégalée et réussit à infliger à son tortionnaire une légère coupure dans le dos. Malheureusement, le maître de Songe réagit au quart de tour, lui prit le poignet et rapatria le poignard à sa ceinture. Pour lui faire comprendre la stupidité de cet affront désespéré, Loki rit aux éclats.

Tu resteras enfermée ici jusqu’à nouvel ordre. Il parait que les humain.e.s ressentent le besoin de manger et de boire… Tu finiras par accepter, murmura-t-il d’une voix toxique. Plus tôt sera le mieux. Ou alors voudrais-tu être défigurée ? »

Après avoir été sûre et certaine de son départ, Ina se déposa contre le mur et sa bouche murmura une prière. Elle supplia n’importe qui, une déité inconnue ou un.e Ethos suprême, de la renvoyer en Arlys pour pouvoir retrouver les après-midis printanières et animées au bord de l’Océan. Sa voix était maintenant si faible que personne n’aurait pu entendre sa détresse. Les Ethos faisaient naître en elle un sentiment d’impuissance et cette terreur se transformait petit à petit en une aversion de plus en plus puissante et aveugle. Une obscurité telle qu’elle frôlait la malveillance à leurs égards. Elle comprit alors le silence parfois surprenant de Freyr et ce par quoi il était passé. Sa pensée s’envola alors vers lui et le courage dont il avait dû faire preuve pour subir ces châtiments durant des millénaires puis, pour finalement fuir malgré les terribles menaces qui pesaient sur sa sœur et sur ses sujets.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s