Priviléges, sexisme, racisme et écologie : les urgences de ce siècle

Publié par

À bas la masculinité toxique et les priviléges !

C’est certainement le cri du cœur du projet artistique berlinois et féministe @riotpantproject.

Malheureusement, nombre de privilégié.e.s se sentent agressé.e.s par ce genre de revendications parce qu’ils estiment ne pas faire partie des oppresseurs. Il n’est pas question d’identifier individuellement une personne en disant que le sexisme et le racisme systémiques est de sa faute. Il est juste absolument nécessaire d’écouter la souffrance des minorités. Si elle écoute, elle se rendra compte qu’elle est privilégiée car ce qui de son point de vue est normal et devrait être normal pour tout.e un.e chacun.e n’est pas forcément donné à tout le monde… Le principe même d’un.e privilégié.e est qu’il ou elle ne situe pas le problème puisqu’elle.il ne le voit pas, ne le subit pas et donc dispose de cette espèce de pensée magique que ce dont parle les minorités n’existe tout simplement pas ou est exagéré ou, encore, constitue un cas isolé.

Il s’agit plus d’être capable d’empathie que d’intelligence au final, puisque quiconque capable d’écouter les injustices subies par les femmes et les minorités, souvent ethniques mais aussi lgbtqi+, religieuses et économiques, se rendra très vite compte qu’il s’agit d’un souci de société, d’un problème de tolérance et d’un manque de représentations dans les médias, d’un sexisme et d’un racisme ordinaires et systémiques induits par des siècles de domination masculine et de droits exclusivement masculins (et blancs). Le racisme impérialiste, puis colonialiste, s’est malheureusement insufflé dans nos cultures occidentales et tout comme le sexisme et la culture du viol, ces aspects de nos cultures occidentales font partie de nos préjugés, nos façons de penser, nos stéréotypes et nos biais cognitifs. Écoutons cette altérité qui prend les risques, qui cherche à faire changer la société, ces autres qui souffrent et qui sont ignoré.e.s délibérément…

Quand certain.e.s disent des choses comme « elle avait qu’à dire non, elle était donc consentante » c’est bien sûr en pensant à une certaine responsabilité individuelle et non à un souci présent dans le système dans sa globalité. Si une petite fille apprend dès son plus jeune âge à se montrer discrète, qu’elle observe que son opinion est souvent rabaissée face à celle d’un petit garçon, qu’elle n’est pas prise au sérieux, qu’elle voit sa mère s’occuper systématiquement du bon plaisir de son époux, comment pensez-vous qu’elle réagira face à un boss autoritaire et sexiste ? Face à un homme qui a le « bon sens » et le soutien des préjugés sexistes, éminemment présents dans nos façons de penser, de son côté ?

Même l’appellation feminazi, instaurée par l’extrême droite, devient une blague ou, dans le pire des cas, un argument d’autorité, et prouve de facto qu’il y a un souci dans le respect qui doit être donné aux femmes qui osent parler. Et bien souvent, cette femme victime de sexisme aura intériorisé ce manque de considération comme étant normal. Il en est de même pour le consentement. Un viol n’est pas forcément violent physiquement et commis par un agresseur inconnu. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un homme de son entourage et l’acte n’est pas tout de suite défini comme étant un viol.

Lorsqu’une femme « oublie » de prendre en compte ses envies et ses désirs et accepte pour « faire plaisir à l’homme » d’avoir une relation sexuelle, il y a un dysfonctionnement au niveau des perceptions de ce qui est normal ou non. Des phrases du type « mais un homme a des besoins » (comme les femmes pourtant…) « il a insisté alors j’ai craqué et j’ai dis oui » ou encore « si je me refuse, après il sera de mauvaise humeur » sont des pensées à déconstruire car la femme accède souvent à la demande par peur d’éventuelles répercussions ou simplement pour avoir la paix. Tout comme la tenue de la victime ou ses actions ne sont pas à incriminer dans le cas d’une agression, en aucun cas une femme devrait à avoir à « répondre aux envies de l’homme » en donnant accès à son propre corps alors qu’elle ne le souhaite pas, c’est-à-dire qu’elle n’en ait pas réellement envie. La culture du viol découle de cette pensée soit-disant normative de nos cultures occidentales.

Ce phénomène, semblable symboliquement au viol, découle du fait qu’une femme acceptera plus facilement d’avoir une relation sexuelle avec un homme afin d’éviter d’éventuelles répercussions, même idiotes (une mauvaise humeur de ce dernier, une éventuelle culpabilisation, un argument d’autorité normatif du style mais c’est normal que tu acceptes vu qu’on est en couple, une insistance répétée ou, pire encore, des insultes, une menace de ne pas l’aider à faire le ménage si elle refuse et bien d’autres exemples recueillis par un bon nombre de témoignages). Je vous invite à regarder les comptes Instagram de @pepitesexistes @noustoutesorg ou encore @tetonsmarrons qui s’évertuent à recueillir et à diffuser le plus de témoignages de femmes victimes de ce sexisme ordinaire pour prouver que ce phénomène est bien présent dans nos sociétés et qu’il touche une grande majorité de femmes et d’hommes sans qu’elles.ils en aient forcément conscience. Il ne s’agit pas là d’accuser des hommes et des femmes de sexisme mais bien d’ouvrir les yeux sur ce qui ne va pas, ce qui ne devrait pas être normatif et systémique dans une relation humaine saine.

Lorsqu’on regarde l’Histoire et qu’on observe le fait que seul un homme blanc avait le droit de vote, avait accès à une bonne éducation et donc un meilleur travail et un statut social élevé pour finalement faire partie de ces élites qui possèdent le pouvoir, créant ainsi un terrible cercle vicieux d’injustices qui a duré plus d’un millénaire (coupant donc la possibilité aux autres minorités de se faire entendre parce qu’ayant un niveau social inférieur ou défavorisé, peu de droits et souffrant de préjugés tenaces). On reprochera après à ces minorités d’être trop pauvres, de sombrer dans la délinquance, d’être hystériques, de n’être pas fiables ou encore de ne pas oser dire non. Cette culpabilisation à un niveau individuel n’est en fait qu’un énorme souci du système et ne peut en aucun cas, statistiques à l’appui, être le fruit d’un seul cas isolé. On ne peut pas, de bonne foi, douter du racisme et du sexisme systémiques et minimiser ces problèmes sociaux et culturels, en France, en Europe, en Occident et même partout dans le monde. Des inégalités qui se voient encore aujourd’hui dans le monde du travail, dans la prise en charge médicale, face à la justice et aux violences policières, au sein d’un groupe d’adolescent.e.s, dans les relations du commun mais aussi dans le couple et dans les relations amicales.

Un exemple très connu : le sexisme dans la communauté geek a permis de faire la lumière sur les personnes disséminant ces idées conservatrices et sur d’autres individus, moins malveillants, qui les relayent sans en comprendre la violence. De 4chan, bastillon réputé d’extrême-droite (alt-right aux U.S.A) aux actions plus que douteuses, jusqu’au mouvement même de la dissidence (Alain Soral et Raptor Dissident en tête), la technique reste la même : la désinformation et l’embrigadement des moins sensibles aux enjeux politiques et aux questions de société. En somme, il s’agira surtout d’hommes blancs, représentants historique et culturel d’une domination, d’un pouvoir et donc de priviléges, qui ne subissent pas au quotidien les injustices sociales et qui se sentent agressés par les revendications des minorités (mais aussi d’autres profils ayant simplement intériorisé un sexisme ou un racisme ordinaire). Menaces, vols d’informations et d’identités bancaires, envers les féministes dans le cas du scandale du #Gamergate. Des hommes blancs cherchant à garder certains privilèges qui ne seraient que les « leurs » et qui usent de moyens, disons-le, dégueulasses pour violenter et de décrédibiliser de jeunes femmes geek (et oui, elles ont le droit d’aimer les jeux vidéo) qui osent mettre en avant certains problèmes de sexisme au sein de leur communauté. Ce qui choque le plus dans ces témoignages est la volonté consciente de ces personnes à refuser les arguments, les témoignages et à nier en bloc les revendications de ces femmes en disant simplement que ce n’est pas leur place. Soulevant dans le même coup de gueule, la représentation de personnages féminins sur-sexualisés et finalement peu représentatifs de la diversité du corps féminin dans le domaine des jeux vidéo. Même s’il est bien connu que la communauté geek occidentale, souvent constituée (à l’heure actuelle) en grande majorité d’hommes blancs, est malheureusement gangrenée d’idées fachistes, découlant des techniques de communication de l’alt-right (extrême droite américaine se définissant comme suprématistes blancs ayant des liens très clairement définis avec le KKK et les partis nazis), c’est dans leur rapport aux femmes que cette « droite alternative » brille encore une fois par son intelligence hors du commun (un peu d’ironie, ça fait pas de mal). Traitant toutes personnes ayant des arguments sociaux et culturels à leur opposer de social justice warrior, ils imposent depuis longtemps leur cadre en évitant tout simplement de répondre aux évidences qui leur sont démontrées en changeant la conversation à leurs avantages (un petit côté Marine Le Pen et Trump ?). Cette technique de communication bien connue dans le cadre d’un groupe d’extrême droite qui se définie de la manière suivante : refus des arguments, menace, contrôle de la conversation, tourner l’ennemi.e en ridicule, et donner cette impression de victoire à un public déjà convaincu par leurs idées ou alors hésitant (souvent centriste ou apolitique, qui ignore donc les enjeux politiques, l’Histoire, et qui décrédibilise les études sociologiques comme arguments scientifiques). L’alt-right fait ainsi appel aux émotions du public en donnant l’impression d’être « fort » et d’avoir des certitudes. Cela suffit souvent à convaincre les plus démuni.e.s dans la compréhension des phénomènes de société, culturels et politiques. La gauche progressiste n’a, quant à elle, pas de certitudes, elle a des questions et cherche des réponses pour l’amélioration d’un bien-être commun. Il est bien évident qu’avec un postulat pareil, elle convaincra toujours moins de public que l’extrême droite.

Utiliser des arguments, sortir des statistiques et rechercher l’instauration d’un véritable débat est donc ce qu’on pourrait appeler un « suicide politique » face à une extrême droite, pleine de fausses certitudes, qui passe plus de temps à clamer avoir raison plutôt qu’à donner les arguments qui légitimeraient leur « vérité ». Mais le pire… C’est que ça marche ! Enfin, pour un public peu sensibilisé à la politique, c’est-à-dire énormément de gens. Nous l’avons vu en France, l’abstention est en hausse. Il y a un désintérêt de la politique dans un moment pourtant décisif de l’Histoire.

La crise du Covid-19 qui a pourtant mis en évidence les techniques de libéralisation des hôpitaux publics. Une malheureuse époque de l’Histoire mondiale où la plupart des gouvernements préfèrent donner des milliards aux entreprises, choyant le PIB national mais oubliant d’investir dans la santé publique, laissant des personnes mourir et pourrir faute de moyens, faisant le tri pour savoir qui aura la chance ou non de survivre, afin de critiquer les hôpitaux publics et leur inefficacité, rendant le personnel médical à la limite du burn-out pour finalement privatiser et créer des inégalités de richesse face à la vie elle-même. Une technique pourtant bien connue des gouvernements libéraux à travers le temps et le monde. La France a bien fait une centaine de pas en arrière. À croire que ces hommes et ces femmes s’étant battu.e.s pour une sécurité sociale universelle et des droits sociaux dont celui du travail sont mort.e.s pour rien…

Le mouvement Black Lives Matter a montré, preuves à l’appui avec des millions de témoignages partout sur la planète, que le racisme systémique des ethnies, particulièrement noires, existe bel et bien et constitue également une urgence à déconstruire puisqu’il cause la mort de milliers d’individus à travers le monde. Les mouvements #Noustoutes #Metoo #Wetoo et des milliers d’associations féministes ont pourtant démontré aux plus septiques l’existence d’un sexisme systémique perçu dans le monde entier, décrié par des millions de témoignages de femmes insultées, agressées et violées dans tous les pays du monde. À une échelle internationale, les études scientifiques de plus en plus alarmistes ont mis l’accent sur l’urgence climatique, la nécessité de montrer un civisme écologique fort et de changer de système économique et politique. Les nombreuses études sur notre alimentation, créée par l’industrie agro-alimentaire dont Monsanto et Nestlé en tête, montrent un lien évident entre fertilité, santé, pollution des sols et des corps. Et c’est en toute impunité que ces industries vont réaliser le vol des terres cultivables et d’eau potable des pays les plus défavorisés, former des élevages intensifs dans lequel de nombreuses vies sont élevées et tuées pour rien dans des conditions extrêmement difficiles à cause d’une surproduction totalement irréaliste, détruisant au passage les sols cultivables et polluant l’écosystème environnant. Tout ça, on le sait déjà… Alors plutôt que de vivre avec comme si cela est normal, ne laissons pas ça être normal !

Sur une planète où Docteur Google est partout, l’ignorance et la minimisation de ces urgences apparaît donc comme un choix, et dénote d’une certaine lâcheté de conscience. Car même si l’on ne s’occupe pas de la politique, la politique s’occupera de nous. Et si ces politiques destructrices dirigent le Monde, ce dernier ne peut pas se relever de toutes les horreurs commises par notre espèce, tout seul. Et choisir de ne pas agir, de ne pas s’impliquer pour rester tranquille, c’est déjà un choix. Celui de s’en remettre à d’autres. C’est le même principe qu’une non-assistance à personne en danger, sauf qu’il s’agit d’une planète, d’un pays, d’un état, d’une région, de communautés, et donc de la vie de milliards de personnes concernées, qu’elles le veuillent ou non, par la politique. Puisque c’est le propre de l’être humain que d’évoluer dans un cadre social, culturel et politique précis qui détermine, en grande partie, sa vie, ses pensées donc ses actions, ses mœurs et ses perceptions du monde, agir face au sexisme, au racisme, et en faveur des nombreuses urgences de ce siècle, même à une toute petite échelle, est essentiel à la transformation de la société et donc au bien-être de toute l’humanité 💚

11 commentaires

  1. Bonjour. Je vais être franche je trouve cet article horrible et représentatif de tout ce qui ne va pas à gauche. Rassure toi tout de suite je ne vais pas me contenter d’y répondre : « sjw » je vais te donner de vrais contre arguments (c’est un pavé par contre mes excuses j’ai cherché comment faire plus court mais je n’ai pas trouvé).
    Déjà le privilège premier tu l’as complètement oublié alors que c’est de loin le plus violent donc je ne sais pas si tu vis sous son joug mais vu l’ensemble de l’article qui semble être écrit par quelqu’un qui en ignore tout j’en doute beaucoup, je parle du privilège de classe bien évidemment. Pourtant une analyse politique qui ne prend pas la classe sociale en compte ne vaut rien du tout. La politique ne se résume pas à une collection de minorités et les intérêts politiques d’un noir bourgeois à la Obama et d’un rappeur pauvre de banlieue parisienne pour prendre un exemple classique et un peu caricatural n’ont presque rien en commun en fait. Et tout au long de l’article je trouve que c’est rempli de mépris de classe de bout en bout. Déjà avec le terme masculinité toxique en titre que j’ai jamais vu être utilisé autrement en pratique que par des bourgeoises pour se sentir supérieures aux hommes prolétaires et bien leur faire sentir, ensuite ça continue avec cette idée que les hommes blancs seraient tous des personnes privilégiés économiquement au statut social élevé alors que c’est clairement pas les prolos et même les très pauvres qui manquent dans ce groupe social je sais pas si vous vous rendez compte mais c’est discours de « privilège de mecs blancs » c’est clairement un truc qui participe à la montée de l’extrême droite parmi les prolos blancs en fait vu qu’en général ce sont des petites bourgeoises qui viennent leur raconter ce genre de conneries comme quoi ils sont soi disant des privilégiés quand tout les indicateurs objectifs montrent que dans la hiérarchie sociale elles le sont bien plus qu’eux mais elles ne s’en rendent pas compte ça devient leur caution morale pour écraser des hommes qu’elles méprisent par pur mépris de class en vérité pardon mais ça se voit tellement. Ensuite le comble est atteint en la matière je trouve quand vous supposez que l’absentionnisme massif viendrait d’un prétendu désintérêt général pour la politique qui serait si je vous suis la faute de la montée de l’extrême droite. Ce raisonnement ne me semble pas logique du tout déjà parce que la montée de l’extrême droite est le fait de gens qui votent pour l’extrême droite en priorité et ensuite parce que c’est surtou foutage de gueule massif de tout les partis politiques (oui tout parti de gauche même la FI compris) vis à vis des prolos qui a donné cela, d’autant plus dans les quartiers populaires par ailleurs. En fait pour faire parti des dits abstentionnistes je peux vous dire que pour moi et beaucoup de mes pareils en la matière la vrai raison de notre refus d’aller voter et ce depuis des années que c’est la même arnaque et bien euh..,je vous conseille d’écouter cette chanson politiquement elle explique tout du pourquoi d’une telle position et des aspirations politiques réels des abstentionnistes surtout chez ceux qui comme moi sont des déçus de la gauche à la base : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwimuqb5tf_qAhXrDmMBHQy0AikQyCkwAHoECBYQBw&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DPBzfCR3FPu4&usg=AOvVaw2EEl15doGEf8ENk2vC0gAh.
    Pour ce qui est des geeks…vous en avez déjà rencontré? En vrai je veux dire…j’ai du mal à croire que quelqu’un puisse sérieusement en avoir une image de mecs blancs privilégiés fascistes en en ayant fréquenté pour de vrai en fait. Je veux dire sérieusement le monde des geeks en vrai en terme de ratio homme femme ça a toujours été du 50/50, je le sais pour le fréquenter depuis l’enfance en étant bientôt trentenaire. J’ai rarement rencontré un geek qui n’était pas un prolo même si ça existe c’est rare, je cherche encore un geek qui soit à la fois valide physiquement et pas neuroatypique je n’en connais pas, le milieu geek est limite plus ouvert aux LGBT que le milieu LGBT militant lui même et certes par contre c’est vrai le milieu geek est globalement plutôt blanc mais les geeks Juifs, asiatiques, noirs et arabes j’en ai connu un bon paquet ça a rien de rare non plus c’est quoi ces vieux clichés. En vrai sans le genre de geek qui va sur 4chan je serais clodo à l’heure qu’il est…c’est clairement pas chez les militants que j’aurais pu trouver un tel soutien. Bref, faut pas confondre les vrais geeks et la caricature médiatique…encore qu’en vrai de ma vie à ce sujet là et pourtant j’en ai vu des conneries passant de les MMEUPORG changent vos gosses en tueurs en série à les mangas ne montrent que des persos blancs (lol n’importe quoi)…mais des propos d’une telle violence et à ce point caricaturaux comme ceux tenus dans votre article contre les geeks j’avais encore jamais rencontré. J’avoue que c’est très perturbant. Aussi les geeks de gauche ça n’a rien de rare, la culture favorite d’une personne et ses préférences politiques sont deux choses séparées. C’est d’autant plus bizarre que vous citez Usul…lui dans le genre geek a l’amour immodéré pour le jeu vidéo difficile de faire plus emblématique. Vous le saviez? Dans le même genre il y a Bolchegeek, Danny Caligula et des tas d’autres geeks de gauche à grande notoriété Youtubesque. De part mon vécu ça a été et ça reste de loin la communauté la plus vraiment accessible et vraiment inclusive que je peux connaître que celle des geeks. Extrêmement loin au dessus sans s’y forcer beaucoup devant la gauche militante en la matière.
    Je vous trouve pour le coup assez dans le paradoxe et de très mauvaise foi de prétendre que la gauche n’a aucune certitude pour passer tout votre article à aligner…les « évidences » contestables qui forment les certitudes actuelles d’une partie de la gauche justement. Au delà de ça juste prétendre qu’un engagement politique se fonde sur autre chose que des certitudes et des convictions c’est passablement hypocrite. Tout comme de prétendre que toutes ces tactiques politiques violentes que vous décrivez n’existeraient qu’à l’extrême droite. Tout les partis en usent et la gauche ne s’en prive clairement pas. La seule différence c’est qu’au lieu de traiter les gens de sjw ils les traitent de fachos ou de gens toxiques. Sinon c’est la même chose même le logiciel politique change assez peu ce sont la face et le revers de la même « médaille » (image un peu trop honorable pour ce dont il s’agit j’en conviens). Certes, l’extrême-droite et la droite se servent un peu trop de ce terme pour désigner n’importe qui de vaguement de gauche mais difficile de nier l’existence des sjw ce sont précisément la version de gauche des gens qui ont ces tactiques politiques là, d’où que plein de gens de gauche emploient eux mêmes le terme sjw pour critiquer précisément ces attitudes là chez des gens de même tendance politique qu’eux prétendre que seuls les fachos usent de ce terme c’est dire quelque chose de faux.
    Je crains aussi que le citoyennisme en matière d’écologie ne soit que le nouvel habit vert de la bourgeoisie et qu’on ne changera jamais le monde sur ce point sans une vraie révolution économique renversant le système capitaliste cela me semble hors de doute, trop souvent l’écologie est juste devenu un signe extérieur de richesse de la bourgeoisie qui ce sent par le biais de pouvoir s’acheter des produits bio hyper chers une fausse supériorité morale sur les gens ordinaires qui ne le peuvent pas hélas. Réellement résoudre les problèmes écologiques se fera à mon sens par des mouvements de masses armées et violents, écoterroristes même je n’ai pas peur de l’assumer, certainement pas par la responsabilisation personnelle. Idem sans aller jusqu’à trouver leur impact nul je crains que les hashtags sur base de mouvements libéraux progressistes (parce que bon c’est généralement plus proche dans l’origine et la pensée politique derrière des liberals us que de la gauche française historique pour le coup plus ou moins décédée à l’heure actuelle ce qui me navre) d’origine américaine ait une implantation locale en France et un impact réel sur les systèmes qu’ils cherchent à renverser relativement mineur. Outre que c’est du David contre Goliath…c’est très déconnecté des préoccupations des gens hors sphère militante d’ailleurs la plupart de mes proches n’en ont jamais entendu parler et les rares qui ont vu passer ça à la télé n’ont rien compris aux débats…pas par bêtise mais parce que le capital culturel militant se forge hélas aujourd’hui à la fac et qu’ils n’y ont pas été je m’y suis moi même retrouvée plus ou moins accidentellement et si ça n’avait pas été le cas jamais j’aurais rien capté à ce qu’ils se racontaient dans les débats militants de maintenant qui sont tout mais alors tout sauf inclusifs et se centrent finalement sur un tout petit milieu très incestueux qui est d’une prétention incroyable en prétendant représenter tout le monde tout en excluant…presque tout le monde dans les faits.
    Enfin vos propos me paraissent extrêmement douteux quand vous attaquer les gens que la politique n’intéresse pas en les traitant de lâches et d’ignorants volontaires. Outre le vocabulaire incompréhensible des militants qui vient d’un type très précis de capital culturel que peu de gens ont qui rend (volontairement de la part de ceux qui l’ont par reproduction sociale je pense) très dur de s’y intégrer quand on l’a pas de base c’est pour moi un douloureux souvenir, militer dans pas mal d’aspects du militantisme coute cher et tout le monde n’a pas le capital culturel et économique, le temps, le loisir, l’énergie et la santé de s’intéresser à la politique en être en capacité est déjà en soi un privilège que pas grand monde a. Si vraiment vous voulez que les privilégiés voient leur privilèges je vous prie d’en prendre conscience. De plus l’embourgeoisement de la gauche et de ses préoccupations, son désintérêt pour la vie des prolos et le fait de rarement pouvoir s’y sentir à sa place quand on en est un achèvent les rares volontés militantes de beaucoup de jeunes étudiants qui ont le temps, l’argent et la santé pour s’y intéresser mais voient bien vite que cette gauche là n’a pas leurs intérêts à cœur et donc retournent bosser pour s’assurer un avenir pas trop pourri plutôt que juste de servir de caution prolo à une gauche bourgeoise.
    Je pense que pas mal de vos propres privilèges vous rendent invisibles toutes ces réalités ce qui rend votre discours très violent envers qui les subit quotidiennement…c’est à dire la plupart des humains sur cette Terre en l’occurrence. On ne peut pas à la fois se prévaloir d’un discours humaniste et cracher sur la majorité du genre humain il me parait y avoir là une incompatibilité entre diverses parties de votre discours.
    C’est ce qui je suppose vos amène par exemple à soutenir un mouvement comme Me Too en toute bonne foi en dépit de son extrême racisme quand vous vous prétendez antiraciste par exemple, parce que son racisme est carcéral au service d’une justice bourgeoise que vous semblez défendre je suppose : https://expansive.info/MeToo-doit-eviter-le-feminisme-carceral-Alex-Press-1755
    Ensuite merci de ne pas systématiquement remettre en cause la bonne foi de qui est en désaccord avec votre vision du monde et présumer de la qualité médiocre de leur argumentaire, intellect et capacité au débat démocratique par avance. Un tel mépris pour qui ne s’accorde pas avec vos vues est hautement dispensable et vous dessert grandement. Ah et avant que vous ne m’accusiez de ne pas être de votre avis car trop homme blanc privilégié sachez que je ne suis rien de tout ça et non être en désaccord avec vous sur beaucoup de chose ne me change pas automatiquement en idiote aliénée ou en fasciste en devenir merci du peu. Je tenais à ne le dire qu’à la toute fin car je veux que mon propos soit lu pour la qualité des arguments y étant donnés avant tout pas pour mon seul statut sociologique auquel j’en ai plus que marre de par le type de gauche que vous défendez être systématiquement réduite. Voilà j’ai fait l’effort d’une réponse longue aussi argumentée que je le puisse. Clairement si tout ce que j’en obtiens en retour est une accusation d’être une beauf fasciste ou un truc similaire c’est la dernière fois de ma vie que je perds du temps à donner mon avis à des militants de gauche, j’en suis bien trop lasse. J’espère que vous saurez ne pas le prendre trop rudement et répondre de façon tout aussi argumenté. C’est à vous de vous montrez à la hauteur des convictions auxquelles vous prétendez à présent.

    Aimé par 1 personne

    1. Je te remercie pour ces arguments détaillés 🙂
      Alors je vais te répondre points par points : j’ignore pourquoi tu pars du postulat que je suis une bourgeoise. J’ai quitté mes parents à 18 ans pour travailler et faire mes études en même temps. Et depuis, mes 18 ans donc je vis sous le seuil de pauvreté avec mon conjoint depuis plus de 10 ans. De plus, je souffre d’une maladie chronique dont j’ai dû mal à payer les traitements depuis 6 mois. Dire que ceux et celles qui parlent de ça sont des bourgeois.es, c’est aussi une manière de discriditer ces mouvements. Parce que c’est totalement faux et c’est d’ailleurs un préjugé dont tu viens de faire preuve. On le voit bien pourtant avec le mouvement Black Lives Matter qui est loin d’être un mouvement bourgeois.
      Et c’est aussi une manière de dire aux pauvres que ce ne sont pas des problèmes pour eux.elles ? Qu’ils. elles ne doivent parler de problèmes de genre ou de racisme ?
      Je connais très bien Marx, ayant réalisé une Licence en Sociologie, pour enchaîner sur un Master 2 en Anthropologie sociale et culturelle, puis un Master 2 en Histoire et Philosophie, crois-moi des sociologues et des philosophes j’en ai bouffé pas mal ces 8 dernières années ! Et je suis totalement d’accord avec toi au sujet de la lutte des classes. C’est vrai que cela reste la plus grosse injustice de l’Histoire de l’humanité à l’heure actuelle. J’ai bien conscience que parler de la population pauvre fait parti d’une urgence à régler. Après je souhaitais vraiment parler des préjugés et la discrimination envers les communautés à cause de leurs caractéristiques physiques (couleur, genre, etc.) et non économiques. Je trouve vraiment que les sujets croisent aisément : qui sont les PDG des grandes multinationales et qui disposent du capital et des moyens de production ? Ce sont en majorité des hommes blancs, état de fait hérité de l’impérialisme européen, notamment au XIXe siècle. Qui sont nos représentants majoritaires au gouvernement ? Ce sont des hommes blancs. Qui sont les populations pauvres et dépossédées de leurs ressources ? Ce sont les communautés de couleur. On ne peut nier le lien évident entre le fait de détenir les moyens de production et la dirigeance politique et le fait d’être un homme blanc en Occident. Je ne parle pas bien sûr pas individuellement des hommes blancs mais bien d’un système. Tous les hommes blancs ne sont pas des possédants capitalistes mais la majorité des possèdants capitalistes sont des hommes blancs. Le monde a été façonné ainsi, à l’époque impériale et la révolution industrielle, par un patriarcat raciste. C’est un fait.
      Peut-être que tu connais des geeks très sympas, moi c’est mon cas également. J’ai des amis geeks très sympa et cools. Ce n’est pas la question. J’ai moi-même joué à World or Warcraft pendant plusieurs années et étais à plusieurs événements autour du jeu vidéo de par mon travail. Pour avoir joué, à ce MMORPG, surtout durant mon adolescence, j’ai eu le droit à énormément de remarques sur le fait que je sois une femme et j’ai pris très longtemps à comprendre pourquoi je me prenais tant de remarques sur ce sujet. Il n’empêche que si on observe les chats tournant autour du domaine du jeu vidéo et les scandales ayant eu lieu dans cette communauté, on se rend malheureusement compte d’une certaine tendance au sexisme et au racisme ordinaires. Cela ne veut absolument pas dire que les geeks, individuellement, sont de mauvaises personnes. C’est bien le système que je critique et le lien de la droite alternative américaine avec la communauté geek et sa manipulation. Scandale qui a eu également en France avec le forum de jeuxvidéo.com lors de la dernière campagne électorale française avec des propos nazis, fachistes et profondément sexistes de jeunes geeks, plus particulièrement de genre masculins et blancs, ayant choisi Marine Le Pen. Mais en aucun cas, je veux dire qu’être geek = fachiste, c’est bien réduire mes propos. Et d’ailleurs, je parle bien de tendance apolitique de la communauté geek qui aurait, malheureusement, été ciblée, de fait, par l’extrême droite. Ce qui est malheureusement triste et a causé de nombreux soucis aux femmes dans ce domaine. Dans mon cas, j’adore les jeux vidéo et je joue depuis petite. Il m’est arrivé un bon nombre de fois, de me sentir exclue de par mon genre, ou ai entendu des propos qui me dérangeaient profondément et j’en ai voulu en comprendre les raisons. Je n’ai vraiment aucun souci avec les geeks. Au contraire, j’apprécie énormément cette communauté et c’est justement pour ça que découvrir autant d’injustices dans ce milieu m’a davantage touchée que si c’en était une autre et j’ai donc suivi de très près les scandales liés à cette communauté…
      Les seuls que je traite de facho ce sont… Les fachos, en fait, ceux d’extrême droite américaine ou européenne, par exemple. Et bien heureusement qu’il n’y ait pas que des personnes d’extrême droite dans la communauté geek !
      Bolchegeek est l’un des Youtubers que je suis régulièrement et qui n’est absolument pas compris là dedans. Si je me souviens bien, il soutient fortement le féminisme et critique vivement les soucis de sexisme dans la communauté geek. Usul également qui a d’ailleurs longuement détaillé les problèmes du sexisme dans le jeu vidéo dans le podcast avec Mar_lard que tu trouveras d’ailleurs dans cet article, si ça t’intéresse 🙂
      Alors ce ne sont pas toutes les personnes apolitiques que je vise mais bien les individus apolitiques adoptant une rhétorique d’extrême droite par conformisme (c’est assez spécifique). C’est ce phénomène qui est à critiquer, et non les gens. Je n’ai vraiment aucun souci avec l’abstentionisme, je l’ai moi-même été quelques fois lorsqu’aucun groupe politique ne me plaisait… Je ne blâme absolument pas les individus mais les systèmes qui ont des dysfonctionnements ainsi que la manipulation de groupes d’extrême droite envers les plus jeunes ou les apolitiques.
      Quant à la politique, je ne parle pas de participer à la politique en tant qu’insititions politiques mais plutôt une contribution à la vie politique, aux pensées de la société, aux enjeux actuels, aux revendications des minorités et aux urgences de nos sociétés. Il ne faut pas confondre le vote et la politique. Le vote est un acte institutionel qui consiste à choisir son chef alors que la politique s’exprime tous les jours dans notre vie quotidienne, par nos actes, nos discours et nos rapports sociaux (c’est bien là l’analyse de Marx). Cette politique quotidienne, c’est là qu’on retrouve les bases théoriques de la démocratie, et donc du débat et du compromis ! Cela peut passer par des choses toutes simples comme  boycotter certaines marques, signer des pétitions, relever une petite remarque sexiste ou raciste en soirée et expliquer qu’y contribuer, même s’il s’agit d’une simple « blague » fait justement perdurer les préjugés et nos biais cognitifs sans qu’on s’en rende réellement compte, etc. Chacun.e à son niveau. Mais surtout du fait de ne pas nier ces phénomènes en les minimisant. C’était surtout un encouragement de ma part et non une critique. Je parle de la politique au sens peut-être un peu plus philosophique, qui englobe donc toute la vie humaine organisée dans un territoire donné et régit par certaines lois, valeurs et façons de penser (propre à sa culture). Marx avait pourtant dit « tout est politique ». Si tout est politique, chacun.e devrait pouvoir contribuer à l’amélioration du « tout » en agissant à son échelle et en évitant les pièges d’extrême droite.
      Je te remercie pour ce commentaire car j’ai pu étailler mes propos qui étaient peut-être trop flous et semblaient apparemment trop directifs. Il aurait sans doute fallu que je détaille + mon postulat de base. Mais ce n’était pas mon but en écrivant cet article, il ne s’agissait pas d’une analyse politique mais simplement d’un cri du cœur envers des individus de minorités différentes souffrant d’injustices, au quotidien.

      J'aime

      1. Alors je partais du postulat que tu étais une bourgeoise simplement car tu reprends la rhétorique de la forme dominante du féminisme en France qui est bourgeois, ce n’est pas un préjugé c’est attesté non seulement par ma propre expérience hélas avec ses militantes (et là je parle clairement de nanas qui s’assumaient elles mêmes comme bourgeoises et le clamaient haut et fort outre que leur compte en banque ôtait tout doute sur la question) et celle d’autres femmes : https://www.20minutes.fr/culture/698865-20110401-culture-virginie-despentes-le-feminisme-francais-bien-trop-bourgeois mais bien par un nombre important d’analyses aussi bien statistiques/sociologiques : https://catapult.co/stories/feminisms-class-divide autant qu’historiques : https://wikirouge.net/Féminisme_libéral, pour ce qui est des mouvements LGBT on observe la même dynamique. Effectivement un autre féminisme plus en phase avec les femmes prolos existe mais il est minoritaire, néanmoins je ne pense pas que si les critiques de cette dame d’alternative communiste par exemple rejoigne à ce point celles que je peux avoir contre Me Too ce soit un hasard (je te conseille vraiment cette vidéo pour le coup elle exprime ce que je voulais dire avec bien plus de nuances et de justesse que moi qui ait tendance à être brute de décoffrage) : https://blogs.mediapart.fr/xipetotec/blog/060719/les-impasses-du-feminisme-bourgeois.

        Je viens de voir les infos. Covid qui remonte. Plus grande sécheresse en France depuis des plombes, possibilité sérieusement envisagée que les tensions Chine us dégénèrent en guerre mondiale il y a de quoi flipper à fond. Toutes les femmes du monde sont concernées il me semble. Pourtant si je tape féminisme sur Google les premiers résultats que ça me renvoie dans les actualités c’est Me Too complètement sur médiatisé comme si ça avait pas deux ans déjà et était pas quasi entièrement retombé, des trucs sur Judith Butler et une brève sur le décès de Gisèle Halimi. Je pense que l’immense majorité des femmes en France se foutent de ces trucs là non pas que ça ait aucune importance mais que par rapport à nos enjeux actuels ce qui nous fait vraiment chier dans nos frocs bah ça parait risible.

        Donc oui tu peux me reprocher de généraliser un peu abusivement en incluant dans le féminisme bourgeois les femmes comme toi pas bourgeoise mais qui adhèrent aux idées du féminisme bourgeois mais par contre non désolé ce n’est pas un préjugé que le mouvement féministe est majoritairement bourgeois c’est un fait. Si on pinaille on peut dire interclassiste mais vu que celles qui y donnent le la sous sa forme majoritaire sont des bourgeoises ça revient au même.

        Concernant le cas particulier de Black Lives Matters n’est pas un mouvement bourgeois aux États Unis…sa vf par contre sans aller jusqu’à la prétendre bourgeoise elle a clairement manifesté un aspect déconnecté, autant l’axe violence policière ok mais c’était déjà une lutte antiraciste populaire bien avant ce n’en a été qu’un prolongement autant le reste de ce qui a gravité autour…c’est pas pour rien que ça c’est terminé si vite. C’était trop copié collé de la version US pour vraiment prendre ici, pour le coup je vis dans un quartier où les personnes que c’était censé représenter sont nombreuses et ici j’ai vu personne absolument personne en avoir quoi que ce soit à foutre de ce mouvement du coup je me dis que si il était vraiment en phase avec les aspirations et besoins des noirs des quartiers populaires ici la réception aurait été toute différente, après je reconnais que même si je suis juive je connais moins le monde de l’antiracisme que le monde de l’anti sexisme donc j’ai suivi ça d’assez loin.

        Pourquoi j’irais dire aux pauvres de ne pas s’occuper de ce qu’à priori je suis censée de par mon identité subir moi même? Simplement je me reconnais pas dans un féminisme nationaliste et interclassiste qui voit ces luttes comme des histoires de minorités alors que les femmes c’est la moitié du monde et 80% voir plus des gens dans le monde ne sont pas blancs, pour moi penser le racisme et le sexisme en dehors d’une analyse de classe n’a donc pas de sens, tu l’as dit toi même si on y pense ça se lie facilement donc à mon sens que ces courants ne le fasse presque jamais c’est voulu. Et au bout d’un moment bien sûr que ma tronche de multi caution peut pas être partout et est bien obligée de prioriser une lutte sur une autre donc je privilégie celle qui tente de préserver mes peu d’acquis sociaux en fait pour garder à bouffer dans mon assiette. Je pense sincèrement que sur ça on est une majorité de femmes à se retrouver relativement.

        Justement je pense que ça crée du confusionnisme de faire s’equivaloir homme blanc et capitalistes dominants. Hormis énerver des hommes blancs prolos en leur prétendant qu’ils sont privilégiés quand ils le sont pas et ont donc tout à fait raison de renier être vu qu’à ma connaissance ils ne dirigent pas la politique donc si racisme et patriarcat d’Etat il y a en France (ce qui est contestable et contesté même à gauche) vu qu’ils ne gouvernent pas ils n’en sont en rien responsable et les mettre en accusation ça les rend hostiles aux revendications anti sexistes des femmes de leur propre classe donc c’est contre productif (surtout que ça renvoie pour la plupart à l’idée qu’ils soient économiquement privilégiés pas à la théorie des privilèges quasi inconnue hors milieu militant).

        Après certaines disent que les femmes se retrouvent souvent à ne pas oser aborder l’économie et les thèmes politiques plus classiques parce qu’ils seraient masculins mais si c’est ça qui fait qu’on se tourne toujours plus vers les questions sociales est ce que c’est pas aussi une division genrée du travail militant qu’il serait plus pertinent de contester que d’appliquer si vraiment ce qu’on veut c’est sortir des rôles sexistes s’émanciper?

        Bah justement le sexisme et le racisme chez les geeks ont rien d’extraordinaire ils sont ce qu’ils sont partout ailleurs donc que ce soit une des communautés systématiquement pointée du doigt dans ce sens ça devient stigmatisant au bout d’un moment. Globalement je me sens pas trop d’accord avec Mar Lard mais bon détailler serait assez long et c’est plutôt un aspect secondaire. Juste je trouve un peu dommage que beaucoup de joueuses ont été contre ce qu’elle disait car elles n’étaient pas d’accord et aient pas vraiment eu le droit à pouvoir venir faire débat contre elle ou que ce soit mais bon tant pis.

        Bon je suis pas sure du tout que tout soit politique c’est pas car j’ai une forte influence marxiste que je suis une fangirl de Marx d’accord avec tout ce qu’il dit tout le temps et le tout est politique pour le coup j’en suis vraiment pas convaincue. J’ai surtout l’impression que le militantisme finit par faire voir du politique partout mais qu’il y’a plein de façon apolitiques de vivre. Exemple à la con mais mes chats n’ont jamais rien politisé du tout et ça ne les empêche pas de vivre. Je pense vraiment que pour les humains ça pourrait être pareil et peut être même que ce serait mieux que maintenant de revenir comme eux à l’essentiel.

        Sincèrement autant le boycott et la pétition j’ai déjà vu des victoires effectives avec autant reprendre les gens à chaque blague ou remarque ça me parait usant et totalement contre productif à part perdre des liens sociaux essentiels dont dépend ma survie en me disputant avec des proches (je suis handicapée dépendante et sous le seuil de pauvreté vivant de lAAH si tu veux tout mon background sociologique) je vois pas à quoi ça pourrait bien me servir.

        Bah justement si t’es censée vouloir défendre les « minorités » tu vois pas une incohérence dans le fait que étant une des premières à avoir lue tout en cochant à peu près toutes les cases je m’y sois pas retrouvée du tout et qu’il m’ait même profondément énervée? Je suis pas la seule personne à cocher toutes les cases d’accord mais est ce que tu en as déjà rencontrée une qui était d’accord avec tout ce que tu dis là? Et quand bien même si ce désaccord pouvait exister c’est bien que nos postions politiques ne sont pas entièrement deduisibles de nos positions sociologiques supposées par rapport à X ou Y oppression et de plus ou moins de « conscience » ou « d’aliénation ». Au bout d’un moment être constamment renvoyée à mon aspect multi caution « minorités » par la gauche je finis par trouver ça des plus déshumanisant et ça m’enrage très vite, parce que ça me nie en tant que personne.

        Alors maintenant pourquoi le propos tenu en dépit de son intention voulue m’a plus blessée qu’aidée je vais essayer d’expliquer avec trois points pour finir que tu vois pourquoi ton discours a pu me faire cet effet.
        1/Le titre sur la masculinité toxique, désolée mais c’est juste une insulte c’est totalement contre productif de traiter les hommes de toxiques. Outre qu’aller savoir ce que ça veut dire sur le fond…comment tu veux qu’un gars t’écouter si de base tu lui annonce par avance par ton titre que tu le vois sa virilité comme un produit toxique sérieusement? Tu imagines comment tu aurais réagi si j’avais commencé mon commentaire par « tu es horrible » au lieu de « je trouve ton article horrible », je pense que ça t’aurais assez légitimement énervée pour que tu me répondes pas en smiley souriants. Bah c’est le même principe si tu insulte les gens que tu veux voir changer de comportement dès leur entrée dans ton article ça va pas les y inciter du tout même au contraire ça va plus les pousser à faire encore plus les machos par rebellion et c’est juste humain. Sauf que du coup c’est l’inverse de ce que tu cherche j’ai l’impression.

        2/Sinon il y a aussi ce côté très énervant ou tu sous entend sans arrêt qu’une personne qui va vers l’extrême droite est forcément soit un connard soit un naif imbécile pas assez politisé pour se rendre compte qu’il se tire une balle dans le pied. C’est pas trop ce que j’ai observé en général les gens qui passent à l’extrême droite le font par rapport à leur propre vie c’est un choix politique qui est à l’opposé de mon idée d’une politique idéale mais je pense pas qu’en caricaturant les gens qui le font on freine l’ascension du fascisme bien au contraire. Un exemple juste : je connais (de loin mais quand même) une fille noire antillaise lesbienne plus pauvre que moi qui milite au FN/RN depuis des années justement au départ elle s’était tournée vers l’extrême gauche mais la façon de celle ci de la courser partout pour en faire sa caution intersectionalite à tout prix alors qu’elle ne s’y retrouvait pas dans ce prisme politique l’a dégoûtée elle les a trouvé tellement raciste que son nouveau parti lui a semblé ne pas l’être en comparaison c’est dire. Elle y est restée et s’y est plus retrouvée car dans ses valeurs personnelles en tant qu’évangéliste et patriote il y avait défendre les racines chrétiennes de la France et l’intégration et c’est toujours sa vision des choses à priori.
        C’est pas du tout un choix où je me retrouve bien au contraire mais je vois en quoi c’est cohérent avec sa propre vision du monde et la façon dont elle perçoit son propre intérêt. Si on en est pas capable en étant de gauche et qu’on continue de refuser de voir pourquoi les gens vont vers l’extrême droite bah l’ascension de l’extrême droite et la dégringolade de la gauche vont s’accentuer et on peut pas dire que la gauche l’aura volé à ne pas arrêter de mépriser tellement de gens dont elle a promis être la base et créant des déceptions à la chaîne. Oui forcément plein se tournent vers le soutien de la religion évangélistes entre autre qui est assez rarement un secteur de la société très à gauche. Et voilà.

        3/Le dernier problème est que tu dis aussi des choses simplement fausses comme par exemple que l’on ne peut pas douter en toute bonne foi de l’idée du racisme systémique ce que plein de gens dont des à qui ont est venu dire qu’ils le subissaient et qui ne s’en sentaient pas certains, ne se sont pas privés. Plein de gens ont remis cette idée en cause qu’on soit d’accord avec eux ou non en toute bonne foi, c’est trop facile de systématiquement renier la parole de ceux qui ont un discours qui ne va pas dans le sens de nos convictions en remettant leur sincérité ou leur intellect en cause. Si on écoute vraiment les « minorités » on se rend vite compte que tout ces gens qui les composent ont des opinions divergentes et sont loin d’être d’accord entre eux sur tout et très loin de toujours systématiquement cautionner un certain dogmatisme militant à la mode. Voilà je crois que j’ai détaillé tout ce que je voulais détailler.

        Aimé par 1 personne

      2. Hey! J’ai bien reçu tes commentaires. Je dois juste les approuver avant qu’ils soient visibles (pas pour éviter la discussion, mais pour éviter les placements publicitaires à tout va).

        Merci énormément pour cet échange ! Tu as soulevé des points très intéressants pour lesquels je te rejoins totalement ! Je vais donc réagir juste sur ceux où je ne suis pas vraiment d’accord et à nuancer de mon point de vue. Il y a effectivement un lien très puissant entre bourgeoisie et mouvements sociaux car c’est souvent au moment où la bourgeoisie soutient une lutte sociale, qu’elle prend de l’ampleur, qu’elle va être connue, qu’elle aura de plus en plus de moyens (et c’est malheureusement logique) pour se faire entendre et qu’elle va convaincre l’opinion public.
        C’est effectivement terrible que les revendications des pauvres aient plus de mal à passer et à être relayées dans les médias. Mais c’est justement du fait que le féminisme est un combat multi-classe et la lutte contre le racisme également (en Amérique c’est notamment le fait que la nouvelle bourgeoisie noire est émergée et qu’elle ait pu, dans ce cas, soutenir davantage les luttes anti-racistes. J’imagine que sans cette nouvelle bourgeoisie, le mouvement Black Lives Matter aurait peut-être eu plus de mal à prendre autant d’ampleur). Mais c’est justement le fait que ces mouvements sociaux soient intersectionels qui fait que ces tendances soient + médiatisées et donc suivis. C’est un mal pour un bien en quelque sorte. Faut-il choisir le lesser evil ? Je ne sais pas XD

        Ça reste le même combat : lutter contre les préjugés et les biais cognitifs de l’être humain qui formatent les inégalités. Pourquoi c’est effectivement au moment où la bourgeoisie relaye des revendications qu’elles sont entendues ? Parce que l’être humain, de par son éducation, ses façons de penser et ses rapports sociaux (du système capitaliste mondial en fait, construit historiquement par des hommes blancs européens) aura tendance à moins écouter la voix d’un.e pauvre (qu’il imagine à tort comme moins « savant.e. », comme moins légitime).
        Tu peux ainsi remonter aux inégalités face à l’école et aux études, qui font que effectivement plus d’enfants de classes moyennes et bourgeoises iront à l’université et auront donc davantage de légitimité (d’un point de vue de la société) d’ouvrir leurs gueules, de mériter d’êtres entendus. C’est une énorme injustice, et c’est encore une erreur de perceptions. Malheureusement l’être humain est fait comme ça psychologiquement, il intériorise très facilement les biais cognitifs de sa culture et de sa société pour se sentir appartenir à une « norme » (souvent davantage construite par les médias, que représentant une véritable catégorie de la population…). Karl Marx était lui-même bourgeois. S’il ne l’avait pas été, on l’aurait certainement oublié et il n’aurait pas écrit, surtout à son époque…
        De mon point de vue, il est peut-être plus important de d’abord régler les soucis ayant en lien avec les caractéristiques physiques de la personne (discrimination envers les genres, les ethnies, etc.) car en deconstruisant les stéréotypes et les images négatives qui les empêchent d’accéder justement à certains postes, à être la cible plus fréquente d’injustices, bah, ils.elles seront à leur juste valeur représenté.e.s dans les médias, et donc dans cette « norme ». Et de fait, se feront davantage respecté.e.s et pris.es au sérieux.

        Bien sûr ça ne devrait pas être le cas, qu’on devrait écouter les pauvres, les femmes, les personnes appartenant à des ethnies autres que « blanche occidentale », avec leurs millions de témoignages, sans avoir à faire intervenir une classe économique et sociale particulière systématiquement.

        Néanmoins, en France, il y a de plus en plus de fils et filles d’ouvriers à l’Université (qui, ici, a la chance d’être publique et de bonne qualité et des frais d’inscriptions peu élevés et même remboursés, et des bourses, dans le cadre où les parents n’auraient pas les moyens de payer). Après, souvent, les moins riches échouent plus facilement parce qu’ils doivent travailler à côté pour financer leurs études, etc.. Et les femmes et personnes de couleur subiront encore un tri lors de l’arrivée dans le monde du travail… Effectivement, ce sont des injustices terribles et tu as raison sur ce point là.

        En vrai, je suis en grande partie d’accord avec toi, mais le mieux c’est qu’il y ait une convergence des luttes, interclasses et intersectionnels. Et c’est là que serait possible un grand changement dans nos façons de voir la population et les intérêts humains d’avoir une politique progressiste et humaniste.

        Je ne suis absolument personne pour dire aux gens de faire la « morale » à d’autres personnes. Si tu ne te sens pas de faire remarquer à ton amie des trucs, bah le fais pas. Si toi, tu estimes que c’est pas ça qui va changer quoi que ce soit, bah, c’est totalement normal. Je trouve que rien qu’en ayant posté un commentaire aussi argumenté, c’est déjà une façon de participer de cette « politique » (pour moi, l’ensemble de la vie humaine, j’ai vraiment la vision philosophique de ce terme, que tu ne sembles pas partager) et de ne ni nier ni minimiser les problèmes sociaux, bah c’est top en fait !

        Après, tout dépend des caractères des individus, ce qu’ils peuvent ou veulent faire. J’ai pas émis de jugement de valeur. Chacun.e son rythme, chacun.e fait ce qu’il peut. L’important c’est d’avoir conscience que faire partie de ce « tout » c’est avoir certaines responsabilités envers les autres (le principe du contrat social, pas juste entre le gouvernement et le peuple, mais aussi entre citoyen.ne.s).

        C’est justement bien, dans ce cas de figure très précis, la manipulation de l’extrême-droite que je critique, car ce mouvement politique utilisent des techniques de communication qui fonctionnent très bien sur le cerveau humain, en sachant qu’il est plus facile d’embrigader que de convaincre.
        Et que justement se poser des questions, comme on le fait toutes les deux actuellement par exemple, ou faire de petites actions au quotidien dans le genre qui vont amener à se questionner ou à faire se questionner les autres, pour un bien-être commun, est utile et concret, même à une toute petite échelle, pour une amélioration tangible de nos sociétés.

        Je ne sais pas pourquoi autant de gens se sentent agressés par ce genre discours et pensent qu’il s’agit là d’une « moralisation » de la part des mouvements féministes ou de gauche. Les hommes qui se sentent agressés par les féministes… Les riches par les pauvres, les blancs par les gens de couleur, alors que c’est tout l’inverse qui se produit ! D’une manière systémique et ce depuis TRÈS longtemps. Du coup, j’ai vraiment du mal à prendre en compte « les souffrances » de ces gens qui pensent qu’on leur fait la « morale » et que, oups, c’est dur à supporter… 
        Individuellement, je ne doute pas que ça ne doit pas être agréable pour un homme blanc, très sympa et tolérant, qui ne comprend pas pourquoi des féministes l’accusent de sexisme ou qu’on l’accuse de racisme ordinaire alors que cet homme n’y a, personnellement, jamais pris part. Mais ce n’est pas « un homme » que les féministes accuse mais bien un système et des valeurs (celle du patriarcat), de même pour les personnes de couleur qui n’attaquent directement l’homme blanc, mais les priviléges et la domination de celui-ci. Comme dans le Marxisme, les pauvres le font avec les riches et la bourgeoisie. Ce n’est pas un.e bourgeois.e qui est visé.e personnellement, mais un système : le capitalisme. L’homme blanc est juste le représentant historique et culturel d’une domination, d’un pouvoir, de priviléges et donc d’injustices pour les autres…

        Je pense qu’en Sciences Humaines, on ne peut jamais voir le « réel », les « sociétés » via à un seul système, une seule théorie sociologique et philosophique. Les systèmes se superposent, et se créent et évoluent avec l’Histoire et la transformation des cultures dans le temps. La vie humaine est si complexe que ce soit biologiquement, psychologiquement, socialement et historiquement qu’on ne peut pas non plus tout réduire à la lutte des classes. Même si elle est indéniable et constitue peut-être l’une des 3 plus grandes injustices de l’humanité, dans ses rapports sociaux.

        Historiquement, certaines valeurs marxistes ont bien desservi aux mouvements féministes. Les tendances marxistes qui pensaient que la lutte des classes était le seul combat à mener alors qu’il y a d’autres formes de violences et d’injustices que celles économiques. Résultat : bah rien n’a vraiment changé dans les années 60-70. Même si d’autres formes de discrimination basée sur des caractéristiques physiques et genrées entrent finalement aussi dans le combat pour L’ÉGALITÉ car tout s’entremêle. Les inégalités peuvent se chevaucher et se cumuler. On se doute bien qu’être une femme noire et pauvre sera bien plus difficile qu’être une femme blanche bourgeoisie. Pour autant, elles se rejoignent dans leur lutte pour l’égalité. Et ce n’est pas, de mon point de vue, quelque chose à critiquer. Car, même si y’a toujours mieux et plus parfait, c’est déjà un sacré combat à la recherche d’un « mieux-vivre ensemble ». C’est donc quelque chose à encourager et d’encourageant, d’ailleurs, pour le futur 😊

        Et il y aura toujours des cas qui ne se reconnaissent absolument pas. Que ce soit des hommes qui soutiennent les féministes, des blancs qui n’ont jamais fait de différence entre les ethnies, des femmes qui ne soutiennent pas le féminisme parce qu’elles ne voient pas le souci, des gens de couleur qui soutiennent une extrême droite, souvent raciste, etc.. Il y a des milliers de cas de figure différents et chaque personne est unique. Mais il y a des tendances observables et quantifiables par les statistiques et par des milliers de témoignages (sur le racisme, le sexisme, et des préjugés par rapport à des caractéristiques genrées et physiques et, à ce moment là, il n’y a plus de raison de douter. C’est bien ça la zététique : si preuve est fait, on peut y aller à fond et y croire, même si l’idée ne nous plaît pas. Et même si on ne côtoie pas ce phénomène au quotidien, ça ne veut pas dire qu’il n’existe pas. Puisqu’il a été démontré par une méthodologie scientifique (couplant statistiques, études de l’Histoire, psychologie et recueillement de milliers, voire de millions à l’heure actuelle, de témoignages et de récits de vie).

        Il s’agit juste de pointer du doigt certains problèmes et d’agir en conséquences, en encourageant les petites évolutions. Peut-être que les tons utilisés apparaissent, parfois, comme trop directifs…

        Mais j’ai envie de dire : si tu es une femme féministe et que tu passes ton temps à devoir dire les choses de façon douce pour veiller à ce que personne ne se sente agressé, et cela depuis plus de 3000 ans, bah tu vois bien que ça fonctionne pas. Il y a peut-être une vraie volonté des mouvements féministes à arrêter de faire dans la finesse et de changer de techniques aussi, de s’adapter aux médias et aux réseaux sociaux. Il faudrait voir une étude qui prend en compte tous les mouvements féministes depuis 1950 et leurs évolutions jusqu’à nos jours pour pouvoir vraiment analyser tout ça…

        Une chose est sûre c’est plutôt l’extrême droite qui joue précieusement de ses techniques de communication plutôt douteuses (qui ont été étudiées depuis plus de 60 ans, surtout après l’arrivée des mouvements fachistes au pouvoir un peu partout dans le monde durant la seconde guerre mondiale) qu’on devrait un peu plus critiquer…

        Merci beaucoup pour tes commentaires ! Ça m’a fait beaucoup réfléchir et c’est agréable de discuter sur Internet avec quelqu’un qui prend le temps d’expliquer ces propros et qui s’y connaît aussi bien 🙂

        J'aime

      3. Ok pour le point technique. Oui je sais bien que c’est plus probablement un problème de WordPress à la base je pensais que ça c’était effacé tout seul parce que ça m’arrive parfois et c’est ultra chiant enfin bref point matos pourrav termine. Du coup j’ai répondu deux foi là même chose en fait quasi car je pensais que le premier commentaire avait disparu pour toujours mais bon tant pis.

        Euh merci. Sinon bah euh des mouvements sociaux qui arrivent à survivre sans le soutien de la bourgeoisie il y en a depuis des siècles. Exemple tu crois vraiment que la bourgeoisie a déjà soutenu un syndicat de travailleurs? Cela n’arrive pas juste (je compte pas les syndicats patronaux évidemment). Donc si on peut avoir des mouvements sociaux très efficaces 100% sans bourgeois garanti et ça fait 200 ans à peu près qu’on s’en prive pas dans des domaines très divers c’est un exemple parmi plein d’autres mais je le prends car il est emblématique, simple et vite parlant. Si les revendications pas relayées par les bourgeois passent pas à la télé et dans les grands médias (dans la presse alternative notamment sur le web ça filtre quand même pas mal) c’est surtout parce que les grands médias sont un milieu bourgeois qui cultive l’entre soi et n’accepte que de diffuser ce qui est relativement inoffensif contre lui je pense. Pour le coup le film docu les nouveaux chiens de garde le montrait assez bien. Du coup je me méfie toujours du genre de trucs qu’ils plébiscitent parce que c’est jamais un hasard si ils le font je pense mais parce que ça les arrangent. Par exemple montrer des manifs histoire de garder une illusion de démocratie en faisant croire à une opposition mais surtout bien sélectionner celles qui ont les discours les moins à meme de menace l’ordre établi pour les caméras. Enfin les gens voient le jeu au bout d’un moment exemple avec BFMTV qui a force de toujours aller dans le sens de la propagande pro Macron a perdu presque toute son audience. Le contrôle des masses par les médias fonctionne mais a aussi ses limites heureusement. Et puis des tas de victoires politiques locales et plus syndicales notamment surtout d’ailleurs se font loin des antennes car elles font pas le buzz mais forment l’essentiel des politiques efficaces pour défendre les droits des gens. C’est pas toujours une stratégie pertinente en militant de chercher le buzz médiatique à tout prix pour faire entendre sa cause ça peut marcher parfois mais c’est une stratégie casse gueule dans beaucoup de cas car ça force à se mettre au diapason des médias et de leur logique d’audience ce qui est pas forcément payant et dans certains cas devient même n’importe quoi au point de finir par être plus proche de clashs de télé-réalité que de luttes efficaces pour des causes dans les pires cas. Et ça les dominants réels du système adorent je pense. Exemple une entreprise comme Disney se fait de la pub pour ses remakes insipides merdiques en choisissant une actrice noire pour jouer Ariel. Les « progressistes » sont ravis…les « conservateurs » s’étouffent, les deux s’entretuent sur Twitter, qu’est ce qui en ressort de positif pour les droits des femmes noires que dalle ou presque même à force de forcer à ce point ça risque d’irriter les fachos et d’augmenter leurs rangs limite plus qu’autre chise, qu’est ce qui en profite le plus? Eux? Même pas…Disney qui se fait un Max de fric sur sa pub et encore plus sur son anti pub dur d’y voir un quelconque progrès. Surtout que eux vouloir se racheter une image antiraciste lol.

        Oui le racisme et le sexisme existent dans toutes les classes sociales mais ils n’y prennent pas les mêmes formes. Exemple un peu simpliste mais les nanas qui veulent briser le plafond de verre pour être patronnes à la place des patrons je vois pas ce que leur lutte nous apporte. Je m’en fous complètement de si mon patronnât il est constitué à 0%, 50% ou 100% de femmes si il reste le même tas de exploiteurs. Par contre la question du foutage de gueule sur les salaires et horaires des infirmières ça me semble une urgence d’égalité majeure mais force est de constater que pour ça elles se battent presque seules. J’ai cherché pour « plafond de verre » sur Internet ça renvoie 100 fois plus de résultats que pour « infirmières horaires salaires revendications » ok la deuxième recherche a plus de complexité donc qu’elle renvoie à moins de résultats est normal mais l’énormité de l’écart est quand même parlante.

        Disons que choisir de se mettre à la remorque des revendications bourges sur le racisme et le sexisme en espérant en gratter des miettes pour nous aussi sur ces aspects là ça peut se comprendre mais globalement c’est ce qu’on fait massivement depuis 1968 et le résultat on le voit…ça a clairement échoué. Beaucoup des problèmes de l’époque alors sont pareils que maintenant sans avoir bougés d’un iota. Aussi c’est le PS qui a élaboré cette stratégie dans le but de détruire la gauche ouvrière et ça c’est eux même qui l’ont assumé dans leurs propres think thank genre Terra Nova : https://www.marianne.net/politique/quand-la-gauche-dit-adieu-aux-ouvriers-et-employes. C’est la gauche caviar qui a créé cette stratégie de se désintéresser des prolos pour mettre en avant que les femmes et minorités de préférence jeunes et diplômes. Le PS c’est l’incarnation de la bourgeoisie de gauche par excellence si le mammouth a une stratégie qui va dans ce sens (ou plutôt allait car il l’a payé c’est devenu une espèce fossile) c’est bien que ça ne dérange pas les dominants genre ENA et cie dont ils font entièrement partie et que ça les sert bien au contraire je pense.

        Il me semble qu’aller chercher l’explication à ça dans la biologie du cerveau a mon avis c’est une impasse essentialiste. Je m’explique tu l’observe toi même le principal facteur qui mène à accepter ça c’est l’éducation. On ne naît pas avec une éducation spécifique ce me semble, on l’a reçoit. Le fameux débat nature culture opposé en général le de naissance génétique avec l’acquis au sens le plus souvent de l’éducation pour ça d’ailleurs. Et l’éducation qui l’a fait? En France surtout l’école républicaine. Elle n’a pas que des défauts mais qu’est ce qu’en disait Jules Ferry déjà? Ah oui c’est vrai :

        “Apprendre à l’ouvrier, d’abord, les lois naturelles avec lesquelles il se joue dans l’exercice de son métier, mais lui apprendre également la loi sociale, lui découvrir les phénomènes économiques, lui donner des notions justes sur les problèmes sociaux, c’est en avancer beaucoup la solution. Ce qui n’était dans d’autre temps qu’une résignation sombre à des nécessités incomprises, peut devenir… une adhésion raisonnée et volontaire à la loi naturelle des choses”
        Jules Ferry, 3 mai 1883

        “Dans les écoles confessionnelles,… on exalte l’Ancien Régime et les anciennes structures sociales. Si cet état de choses se perpétue, il est à craindre que d’autres écoles se constituent, ouvertes aux fils d’ouvriers et de paysans, où l’on enseignera des principes… inspirés… d’un idéal socialiste ou communiste emprunté… par exemple à cette époque violente et sinistre comprise entre le 18 mars et le 24 mai 1871… Non, n’en déplaise aux sophistes de la liberté à outrance,… le remède qui consiste à opposer aux menées de l’Internationale noire celle de l’Internationale rouge n’en est pas un : ce serait la fin de la France… ce serait la liberté de la guerre civile.”
        Jules Ferry, 1879 »

        Une opinion si « naturelle » donc qu’il a fallu deux siècles de propagande scolaire libérale républicaine démocrate centre gauche permanente pour que la majorité y adhère. Bien sûr que les bourges croient que le peuple est stupide et lui fait croire qu’il l’est c’est comme ça qu’il justifie sa domination sociale sur lui en la prétendant «naturelle » justement.

        Le capitalisme mondial construit par des hommes blancs…euh…Xi Jinping ,Jair Bolsonaro (ok par rapport à son pays il est blanc mais chez nous il est perçu comme Latino), Ali Bongo qui comme Macron assume de diriger son pays le Gabon comme une entreprise, Nethanayou en Israël, Shinzo Abe au Japon, Abdallah II en Jordanie? Les puissants dominants pas blancs qui bénéficient du système capitaliste à fond ça ne manque pas. La Chine a dépassé les US depuis 2008 en tant que première puissance mondiale cette histoire c’est quand même un logiciel politique dépassé je crois pas mal de pays pas blancs ont plus que récupéré de l’époque de l’Europe blanche dominant le monde qui est finie depuis un bye. Après bien sûr en France il y a plus de politiciens blancs mais euh les blancs sont majoritaires donc c’est pas vraiment étonnant. Bien sûr il y a des héritages du système colonial toujours pérenne comme racisme de l’Etat français genre la Francafrique mais je pense sincèrement que dans ça le racisme est plus une idéologie instrumentalisée a des fins géopolitiques de garder un Max de territoire et rester sixième puissance mondiale que vraiment un truc auxquels les puissants adhèrent par conviction sinon ils joueraient pas la carte raciste ou antiraciste selon ce qui les arrange pour moi ils sont ni l’un ni l’autre juste des politicards cyniques qui vont dans le sens du vent du moment que ça étend leur pouvoir.

        Concernant Marx oui c’était un bourgeois juif parvenu de la génération de son père mais ses théories n’auraient pas été reprise tout ce temps par des gens qui sont des prolos et qui font de la lutte des classes sans qu’elles soient pertinentes. D’ailleurs c’est pas du tout un dogme intouchable plein de gens se sont pas gênés pour débattre chaque ligne de ses bouquins et continuent de le faire. Cependant des gens pas bourges qui ont lutté à l’époque et même avant bah y en a eu en fait. Plein. Mais « curieusement » on en parle pas en fac de socio. Alors que y en a même qu’on écrit des trucs. Proudhon par exemple.

        Et au-delà même de quoi prioriser comme lutte…tu crois vraiment pouvoir effacer des stéréotypes sans saper les bases économiques qui leur permettre de se perpétuer? Parce que clairement depuis que des gens essayent et ça fait plusieurs décennies ça y change que dalle. C’est comme quand les noirs américains riaient jaune quand les progressistes étaient fans d’Obama en leur expliquant gentiment que bah qu’un noir soit président des States ça avait rien changé aux problèmes de leur vie c’est ça qui leur faisait dire d’Obama qu’il est noir à l’extérieur et blanc à l’intérieur parce que sa politique était identique à celle des politicards blancs l’ayant précédé, le neo libéralisme toujours et encore qui est opposé à l’intérêt de la plupart des noirs américains et ils le savent. Donc si mettre une minorité noire à la tête de ce qui était et demeure le plus puissant des États blancs à changé que dalle sur le racisme je vois vraiment pas ce qu’on peut espérer d’antiraciste d’une politique visant à foutre des minorités a des hauts postes.

        En plus sur la représentation médiatique c’est à double tranchant ça peut être utile mais pas toujours par exemple dans cet article de Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Representation_of_African_Americans_in_media, ils expliquent que des années 1950 à 1980 les noirs étaient sous représentés dans les médias US par rapport à leur proportion dans la population américaine…et que maintenant depuis 2016 ils y sont au contraire sûr représentés….est ce que ça veut dire que leur image est meilleure? bah pas du tout car c’est surtout en tant que portrait de la criminalité et de la pauvreté qu’ils y sont sureprésentés. Donc les médias de l’oncle Sam peuvent tranquillement se la jouer si on est progressiste on fait de la représentation tout en perpétuant une lecture raciste de la pauvreté et de la criminalité dans la dite « représentation », c’est un exemple de comment ça peut très mal tourner si on fait une obsession sur la représentation quantitative.

        Justement si cette norme d’inviter un expert bourge pour qu’il soit cru quand il parle des intérêts des pauvres est contestable et que tu la conteste tu crois pas qu’elle peut être collectivement contestée. D’ailleurs y a pas si longtemps les Gillets Jaunes y sont un peu parvenus en imposant leurs témoignages sur les plateaux télés. Et c’est un mouvement non seulement prolo mais où il y’a plus de femmes que d’hommes et beaucoup d’entre elles ont parlé médiatiquement de leur vie. Et clairement pourtant la bourgeoisie de gauche a tout fait pour les en décourager les traitant d’antisemite et j’en passe, mais comme quoi ça se peut. C’est fou qu’on ait oublié si vite une preuve aussi récente que c’est le cas.

        Pour la fac ok sur le reste mais peu chère c’est vite dit surtout les filières prestigieuses et si tu va loin et les bourses…les galères pour les avoir et les garder je crois que plus d’un étudiant pauvre pourra en témoigner. Techniquement je sais pas si c’est resté mais quand j’étudiais le système était tu la garde que si tu travaille bien…bourse au mérite, alors que bah…les étudiants de familles aises perdent pas leurs sous si ce sont des cancres donc au nom du mérite c’était une injustice profonde pour le coup.

        Bon j’ai compris tu défends une approche interclassiste des luttes antiracistes et anti sexistes et notre désaccord porte principalement sur ça.

        Par contre techniquement le sens d’intersectionnel c’est politique de femmes noires prolos initialement donc je vois pas trop comment tu peux te dire de ça et de l’interclassisme à la fois ça me parait des courants incompatibles dans leurs principes. Justement elles s’étaient inventées ce courant comme un genre de non mixité qu’entre elles pour arrêter de toujours finir à la remorque des intérêts des bourgeois noirs, des bourgeoises noires, des femmes prolos blanches et des hommes prolos noirs et porter leur propre voix à l’origine. Après le terme arrive à la fac a perdu tout son sens initial pour devenir synonyme de convergence des luttes ce qui a fait rager tout les militants radicaux surtout ceux noirs que je connaissais d’ailleurs.

        La responsabilité, la citoyenneté, le contrat social…j’y crois pas trop pour le coup mais ce serait long et chiant à détailler. Bah euh…les riches se sentent agressés par les pauvres parce que des fois on les séquestre et que la lutte des classes est ouvertement violente il y a bien une guerre de classe c’est pas une vue de l’esprit des deux côtés on se bat pour survivre même si hélas la balle est dans le camp des riches pour le moment…mais ça ne peut pas durer toujours.

        Les militants agressifs (jusqu’à pousser individuellement des gens au suicide et y arriver puis s’apllaudir entre eux d’y être parvenus dans les pires cas que j’ai connu) ça existe dans toutes les causes même les plus nobles sur le papier. Donc une part de ces gens se sentent agresses parce qu’ils le sont en fait.

        Euh quand on lit Marx il dit clairement que les bourgeois et le concept bourgeois d’individu doivent disparaître donc si il les visent en tant que classe et individuellement en fait. D’ailleurs il y a des bourges militants qui se déclassent volontairement par conviction et appellent ça un suicide de classe. On en pense ce qu’on veut mais ça rend assez clair que si l’individualisme en lui même comme notion jugée bourgeoise est attaqué comme l’est la classe bourgeoise et l’ensemble des individus qui la composent avec elle dans la pensé révolutionnaire vu que son but est pas que toutes les classes s’entendent bien mais que les classes sociales soient abolies ce qui implique l’autodestruction volontaire du prolétariat exploité et la destruction par celui ci de la bourgeoisie exploiteuse. Il y’a rien de pacifique et tolérant là dedans.

        Quand je vois des hommes blancs s’insurger contre les féministes et antiracistes les critiquant c’est quasi toujours des pauvres qui s’énervent parce qu’on les dit privilégiés et ils sont en mode « mais ta gueule sans le CROUS je bouffe pas d’où je suis un privilégié » dans mon expérience. Qu’ils disent de l’esclavage et de la colonisation « je m’en fous j’y suis pour rien j’y étais pas »…bah c’est juste vrai en fait. D’ailleurs pour beaucoup surtout en France leurs ancêtres non plus une partie des hommes blancs sont parties dans les colonies mais pas tous. Si tu va dire à un mec qu’à jamais bougé de son village du fond de la Creuse et ses vieux non plus depuis des plombes qu’ils se disent WTF d’où mes ancêtres ont avoir avec tout ça c’est juste logique. 80% des bourges sont des descendants d’esclavagistes c’est pas le cas de 80% des hommes blancs français du tout. Cette théorie on l’a importe des US un pays fondé sur la colonisation est le fondement de toute la société et est toujours là les Natifs Américains continuant de subir un génocide colonial. En France c’est plus compliqué parce que les relations post coloniales avec les ex colonies françaises ça se fait plus à l’extérieur. Après il y a le cas des DOM TOM et de la Corse mais c’est assez complexe et pas vraiment intégrable à un schéma classique sur les questions coloniales parce que c’est assez différent. Du coup en métropole où vivent la plupart des gens qui font de l’homme blanc leur symbole favori d’oppresseur bah…euh…la plupart des hommes blancs qu’ils croisent tout les jours n’ont pas le pouvoir politique et économique d’un exploiteur en fait. Hormis ceux qu’on voit à la télé mais ils sont pas plus accessibles et proches de l’homme blanc moyen en France qu’ils le sont de la femme noire moyenne au contraire même ils ont plus d’intérêts convergents avec elle…mais bon à force que la gauche et l’extrême droite dans un écho des plus bizarre et dérangeant leur serine l’inverse ils finissent par le croire. Et voter en conséquence.

        Euh sinon dans les années 1970 c’est surtout justement l’abandon des perspectives révolutionnaires initialement défendues par les fondatrices du MLF pour un courant Psych et Po bien plus socio traître qui a mis fin à l’efficacité du mouvement féministe Christine Delphy une vieille de la vieille qui a vécu tout ça bien remontée en parle en des mots des plus durs dans son bouquin un universalisme si particulier d’ailleurs où elle source bien l’origine de cette remise au pas du mouvement des femmes en France par la suite.

        Perso j’ai plus une politique à la Ravachol vis à vis de la bourgeoisie ses femmes incluses qu’une volonté de recherche de vivre ensemble avec des dernières donc forcément sur ça on sera en désaccord majeur. Après oui s’en servir si elles arrivent dans un sens qui peut nous aider oui mais toujours avec méfiance c’est ce que mon expérience m’a appris les concernant. En plus non elles sont pas dans la même recherche d’égalité puisque toutes les femmes ne sont pas égales entre elles et en général quand elles veulent être l’égal des hommes elles entendent par là de ceux de leur classe sociale. On est loin d’une volonté de voir les inégalités réellement disparaître, je doute pas qu’elles le disent mais les paroles ne coûtent rien. En la matière je juge sur les actes et force est de constater que malgré tout leur blabla d’inclusion des minorités soit disant j’en ai pas vu une seule en 27 ans d’existence qui ait fait usage de son propre pouvoir pour offrir de sa thune ou son poste à une minorité moins représentée qu’elle pas même en partant en retraite donc n’en ayant elle même plus besoin. Du coup j’en déduis que leurs discours c’est du vent et elles n’en pensent pas un traître mot c’est juste de la philanthropie à la con comme elle font depuis toujours et qui change rien à rien.

        Pour la science ouais mais faut faire gaffe aussi les études et leurs résultats c’est souvent à prendre avec des pincettes et prendre un résultat d’étude qui va dans son sens car il nous arrange ou en nier un dont c’est pas le cas est des plus simple. En plus les chercheurs eux mêmes ont des biais et sont loin d’être politiquement neutres. Donc pour moi la science oui faut l’écouter pour pas se mettre à partir totalement dans le nawak mais faut aussi y garder une distance critique à mon sens. Et concernant la psychologie sérieux ce champ disciplinaire est tellement imprégné de psychophobie et de subjectivité que j’ai du mal à y voir une science d’autant moins humaine vu les atteintes aux droits de l’homme qu’on justifie que bien trop au nom de l’expertise psy mais c’est une autre histoire.

        C’est pas l’agressivité ou la douceur d’un mouvement qui décide à elle seule de son efficacité ça ok mais je pense pas que les arguments ne convainquent pas uniquement car ils sont tenus avec emportement c’est aussi le fond de la théorie de l’homme blanc dominant qui convainc très peu de gens. Et ce pas juste chez les hommes blancs eux mêmes bien loin de la.

        Euh…je crois que les gens se privent pas pour critiquer l’extrême droite. La majorité des gens les perçoivent comme un mouvement raciste violent et inégalitaire aux dernières nouvelles.

        J’ai tendance à être perfectionniste donc quand on me demande une explication détaillée et approfondie je la donne. Après même si j’ai raccroché le wagon du militantisme depuis un certain temps et j’ai pas envie de remettre ça j’ai été dedans pendant dix ans donc je radote dessus facilement à cause de ça mes amis me surnomment mamie communiste mais du coup j’ai pas de mérite à (fort relativement) bien m’y connaître.

        Aimé par 1 personne

      4. Salut Mamie communiste ! (je rigole XD c’est fun comme surnom en plus ! )

        Alors même si je suis d’accord avec toi pour beaucoup de choses, que je soutiens certaines de tes idées depuis très longtemps, cela ne changera toujours pas mon postulat de base ni les propos de mon article : à savoir le combat pour l’égalité et la déconstruction des biais cognitifs sexistes et racistes qui tendent, de fait, à minimiser la véricacité de ces inégalités dans l’esprit des gens, de la société. Je ne pense pas qu’on soit réellement en opposition, toutes les deux. Ça c’est bien les gauchistes hein, on est toujours en train de chipoter ! 😂 (je rigole hein, c’est très intéressant).

        Me taxer de sombrer dans l’essentialisme est un peu fort, car je suis, comme tu peux t’en douter profondément constructiviste (sinon je donnerai pas autant d’importance à l’Histoire et à la culture dans mes raisonnements). Mais la question n’est pas de savoir si les biais cognitifs sont d’origine essentialistes ou contructivites, puisqu’ils existent qu’on le veuille ou non. C’est un fait, ils ont été étudiés depuis plus de 100 ans par un bon nombre de spécialistes (psychologie, neuropsychologie, neurologie, psychologie sociale, etc.) par des méthodes empiriques et scientifiques.
        Ces biais cognitifs ne sont pour moi pas innés mais bien acquis (via notre culture, nos formes de communication, notre éducation.nos socialisations, etc.). C’est bien le principe d’un biais cognitif d’ailleurs et c’est pour ça qu’on parle de les « déconstruire » et pas de les supprimer.

        Après en psychologie sociale et en neuropsychologie, on peut difficilement nier les interconnexions entre nature et culture, entre la biologie et la socialisation, entre l’inné et l’acquis donc. La question n’est pas de savoir ce qui vient en premier (l’œuf ou la poule ?) mais bien d’agir sur quoi nous pouvons agir : c’est à dire ce qui est de l’ordre de l’acquis, de la culture. Donc par la déconstruction de certains biais cognitifs sexistes et racistes qui minimisent les inégalités, mais aussi du système capitaliste (qui pour moi cause d’énormes inégalités économiques et détruit l’environnement de notre espèce et de bien d’autres). Je ne dis pas autre chose. De mon point de vue, il n’y a pas une opposition farouche entre nature et culture. Puisque la culture (acquis) fait partie intégrante de la nature (inné) en tant que construction sociale, provenant d’une espèce en particulier. Nous sommes peut-être des animaux un peu plus complexes et pensants que les autres (et encore on n’en est pas sûr.e) mais nous restons des animaux. Et la culture peut très bien agir sur la nature, ça se voit d’ailleurs très bien avec le cas si particulier de l’espèce humaine (que ce soit pour former ces villes, le fait d’adapter ses environnements mais aussi sur sa psychologie personnelle et sociale si singulière). Tout est interconnecté dans une certaine mesure, et même s’il est important de douter de tout, douter de ce qui a été démontré par des méthodes scientifiques est, quand même, moins pertinent. Car c’est ce qui a le moins de chance de se planter (même si bien sûr c’est toujours possible).

        Ps : je ne disais absolument pas que le gluten et le bio étaient liés ou étaient la même chose d’un point de vue biologique mais juste qu’il s’agissait de phénomènes de société alimentaires semblables qui se sont repartis plus globalement dans la société de la même manière : cet effet boule de neige entre l’industrie agro-alimentaire, les grandes surfaces et les demandes individuelles des consommateurs, en plusieurs temps et se renvoyant la balle tour à tour, pour finalement prendre de l’ampleur.

        C’était ici un exemple du pouvoir individuel bien concret s’il est uni à d’autres. Donc on ne sait jamais : peut-être qu’une petite action individuelle que nous décidons de réaliser a déjà été pensé par des milliers d’autres personnes, et une fois, toutes regroupées, ces voix peuvent changer tangiblement des systèmes, même si cela prend du temps 🙂
        Ce n’est pas parce que l’individu peut avoir l’impression que c’est inutile, que ça prend trop de temps, que ce n’est pas « assez » et que du coup « ça sert à rien » que c’est forcément la vérité du point de vue de la société. Il y a plus de preuves que ça fonctionne, que l’inverse même si c’est à une échelle de temps trop longue peut-être pour qu’on en ait conscience. Et Internet (notamment les réseaux sociaux) a bien permis que cela soit de plus en plus rapide, ce qui est une bonne chose à mon sens 🙂

        D’accord, bah, merci pour tes réactions et je te souhaite une très bonne semaine 🙂

        J'aime

      5. Ah encore quelqu’un qui m’appelle comme ça…je devrais peut être changer mon pseudo XD (en vrai je peux pas j’ai oublié comment on fait d’où mon nom à rallonge).

        Bah je suis plus vraiment encartée depuis un bye mais bon c’est sûr je reste avec suffisamment d’idées marquées à gauche qu’on puisse me dire « gauchiste » vu que je reste communiste donc soit. Et dans ce milieu comme on dit à trois c’est la tendance à quatre c’est la scission en effet. XD

        Troll maximum : Justement j’aime bien m’engueuler avec des pro transhumanisme et pour le coup je peux te dire que des gens qui pensent pouvoir et même devoir modifier la nature et l’inné dans le sens de leurs ambitions politiques quelque soit leur bord il y en a un sacré paquet. Parenthèse fermée ça sert à rien mais juste pour dire que tout le monde pense pas que le culturel/l’acquis/l’éducation soit le seul levier modifiable. Mais sinon oui le Nature culture va dans les deux sens…d’ailleurs je crois que vu que tu cite des exemples de culture modifiant la nature mais pas l’inverse je confirme qu’encore maintenant la nature détermine bien la culture aussi sur bien des aspects…un pangolin devenu célèbre en a d’ailleurs fait une brillante demonstration récemment.

        Que j’.y aille fort et un peu rapidement ouais c’est un peu ma spécialité je suis assez impulsive et en vrai même si ça se voit peut être pas je réfléchis rarement longtemps avant de l’ouvrir ou d’écrire un truc. C’est aussi pour ça que je laisse la politique plus classique à d’autres je sais très bien qu’en oratrice dans ce domaine la j’aurais toutes les chances d’être une cata vu mon caractère. (Et puis on peut plus bastoner ses adversaires de l’hémicycle à coups de poings comme dans la 4ème République donc ça m’amuserait pas XD). Bref oui j’admets avoir le défaut d’être un peu expéditive qui va avec l’avantage d’appeler un chat un chat.

        Sinon puisque c’est toi qui te revendique de la science donne moi des exemples démontrés que des inégalités sexistes et racistes attachées à des structures économiques ont déjà pu être dissipées ou amoindries par la méthode du militantisme deconstructionniste cognitif pour que j’y croie. La charge de la preuve tout ça tout ça. Idem pour l’histoire des petits pas sur les modes alimentaires écolos ou de santé si tu as comme tu le dis beaucoup de preuves en le sens de ce que tu avances montre en au moins une. Parce que bon pour l’instant je sais c’était pas obligatoire du tout et ça peut prendre du temps de tout mater tu as pas forcément envie et possibilité je comprends mais c’est moi qui doute avec impertinence de la science XD qui ait le plus sourcé mes propos dans le débat. Donc j’attends. Où sont tes sources? (Cette phrase est tellement énervante dans les débats Internet il fallait que je la dise un jour XD).

        Bah vu les kilotonnes de publish or perish d’études putaclick douteuses déversées chaque année par la recherche qui reste soumise à des impératifs économiques comme le sont les orientations de ses programmes de recherche par des donnateurs rarement neutres la méfiance vis à vis de « non mais c’est scientifique » comme seul argument est normale et saine je pense. D’ailleurs au vu de ce que tu défends tu l’admettras sur certains sujets les scientifiques ont pu dire du haut de leurs positions sociales de savants reconnus un énorme paquet de conneries. Exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Racialisme. Et c’est pas juste une tendance du passé par exemple toutes les corrélations bidons style QI prétendu conforme à la hiérarchie sociale des classes et des peuples dans le monde pour justifier le racisme et la place de la bourgeoise blanche dans la société les bourges scientifiques diplômés à grand écho médiatique pratiquent encore très régulièrement. C’est un peu dangereux du coup je trouve de partir du principe que les scientifiques peuvent moins se planter que les autres par principe, je crois qu’analyser leurs méthodes et conclusions en y réfléchissant par soi même est plus prudent. Sur on peut se planter aussi mais heureusement que j’ai pas toujours écouté ce que des experts médicaux me conseillaient où je ne serais plus en vie donc bon forcément quand ça ça t’arrive la science inquestionable c’est plus trop un idéal qui te parle en général. Je dis pas que les savoirs scientifiques valent rien ou qu’il y a pas de solidité de nombreux résultats juste que c’est pas la vérité absolue et il faut savoir les regarder comme le reste avec distance critique, ce qu’étonnamment beaucoup de chercheurs font nettement plus que une partie (pas tous) des zeteticiens avec des biais scientistes quand même très forts (exemple beaucoup prétendent qu’il est scientifiquement prouvé que Dieu n’existe pas alors que bah tout les chercheurs que j’ai entendu à ce propos sont nettement plus prudents pour moi cet aspect là fait bien plus idéologie que science et je ne dis pas ça pour défendre mes croyances je ne crois pas en le Dieu monothéiste c’est juste un exemple du style de biais facile que les scientistes me semblent avoir parfois).

        Bref voilà j’ai répondu finalement vu que par rapport aux autres com c’était plus court de le faire mais là je vais vraiment me déco de WordPress une semaine parce que j’en ai besoin (c’est addictif ces saloperies de réseaux sociaux)…passe aussi une très bonne semaine (et puis t’auras le temps de chercher des contre arguments comme ça…entre pinaillage et procrastination sans doute mais bon c’est tout Internet ça XD).

        J'aime

  2. Rebonjour. Je vois. Étant moi même sous le seuil de pauvreté depuis bah euh…toujours et incapable de vivre en autonomie parce que trop handi pour ça donc devant vivre chez ma mère avec mon mari qui vient de temps en temps je sais ce que ça fait crois moi. En ce moment ça va mais les maladies chroniques je connais aussi si tu veux tout savoir.

    J’ai fréquente ce genre de mouvements en croyant y changer le monde pendant dix ans. Constat amer au final non seulement ça n’a pas marché mais chaque fois que j’ai été dans la merde j’ai vu qu’il fallait surtout pas compter sur les « camarades » supposés pour se bouger globalement malheureusement. Et oui pour le coup eux c’était des bourgeois 100% sur audelà de ce que ça se sentait économiquement ils l’affichaient et l’assumaient eux mêmes. J’ai eu des très bonnes notes toute ma vie jusqu’au seuil de la fin de bac+5/la tentative de chercher un emploi ou clairement mon handicap m’a rendu socialement impossible de continuer. Ces excellents résultats m’ont permis de finir en prépa et de découvrir la politique avec des militants étudiants gauchistes…je te laisse imaginer les dégâts heureusement que je connaissais aussi des syndicalistes ouvrier à l’ancienne où ça m’aurait définitivement dégoûtée de tout ce milieu là. Au delà de l’histoire personnelle dire que ces mouvements sont bourgeois c’est pas du pur discrédit que le féminisme est un mouvement très majoritairement aux mains de femmes aisées et reflétant leurs propres intérêts qui délaissent ceux de femmes plus pauvres n’est pas exactement juste mon impression ce n’est pas non plus un secret. Le fait est établi par de nombreuses preuves. En voici un exemple : https://www.newstatesman.com/blogs/the-staggers/2012/03/class-women-feminism-books (bon c’est anglais mais bon en traduit et résumé de mon moins mal ça veut dire que 49% des femmes passent jamais par la fac et il se trouve que le facteur principal décisif sur si une femme est féministe ou pas maintenant c’est le fait d’être passé par la fac. Ok ça fait un moment que c’est faisable sans être une bourgeoise mais on est la première génération pour qui la fac en elle même n’est pas un privilège bourgeois…donc forcément le type de féminisme qu’on y apprend a été forgé par et pour des femmes bourgeoises à la base…techniquement ce sont plus des mouvements interclassistes que bourgeois mais vu qu’ils sont dominés par la bourgeoisie bah on a beau pas en être en s’y incorporant moi autrefois toi à présent on reprend toute cette rhétorique qui a été pensée contre nous et on se tire une balle dans le pied au final du moins je pense. L’article confirme aussi que les statistiques montrent la majorité des féministes sont des bourgeoises ça m’étonnerait que ce soit mieux ici que dans le monde anglophone.

    Et le phénomène ne date pas d’hier je viens certainement pas d’en inventer la critique ici ils en font une très longue historique et bien plus poussée et nuancée qu’un simple espace commentaire me permet si tu veux plus creuser par exemple : https://wikirouge.net/Féminisme_libéral

    On peut croire que c’est different aujourd’hui mais des propos de Virginie Despentes : https://www.20minutes.fr/culture/698865-20110401-culture-virginie-despentes-le-feminisme-francais-bien-trop-bourgeois à ce genre de vidéos : https://blogs.mediapart.fr/xipetotec/blog/060719/les-impasses-du-feminisme-bourgeois, ce me semble plus qu’un préjugé et dans le milieu LGBT on observe un peu la même dynamique.

    Tu va me dire oui mais justement ces personnes sont des féministes prolos donc ça existe…bah oui mais c’est minoritaire. Et le type de rhétorique que tu as utilisée tout au long de l’article était celui qu’on entend généralement des féministes bourgeoises. Alors oui c’était une généralisation abusive dans le sens où des filles prolos comme nous y sont parfois exposées et les reprennent du coup mais de la à dire stéréotype non. Comme tu peux voir même si j’ai eu tort dans ton cas particulier mes raisons de l’avoir cru sont fondées sur bien plus qu’un simple cliché.

    Concernant le cas particulier de Black Lives Matter et des mouvements antiracistes oui c’est évident que c’est moins bourgeois globalement mais malgré ça il y a un net décalage entre leur rhétorique et préoccupations et ce qui préoccupe les gens de mon quartier et ce qui leur parle j’observe un net décalage. Pourtant ils disent parler en leur nom. Bon évidemment la lutte contre les violences policières c’est un impératif de survie qui touche ici mais par contre clairement tout l’aspect du mouvement qui importait de la rhétorique issue de son équivalent americain personne n’y a rien pigé ici et ça a créé ce décalage. Par exemple des gens de ce mouvement reprennent l’idée américaine du concept de race sociale comme outil politique pensant en faire une arme antiraciste mais beaucoup de mes proches que c’était supposé représenté on trouvait cette façon de faire bah raciste justement parce que le discours affirmait leur appartenance à une supposée « race ». Je suis moins connaisseuse et moins en position pour critiquer cet aspect là parce que j’ai beau être juive bah je suis pas noire quoi mais quand je vois cet écart entre mes proches l’étant et ce que ces militants disent ils me semblent pas partir du même vécu du tout en vrai et san aller jusqu’à les dire bourgeois non plus j’ai quand même bien l’impression que ces militants ont l’air plus avantagés socialement que les dits potes globalement. Ne serait ce justement car la plupart des militants antiracistes que j’ai connu on fait la fac au bac +4 voir plus ce qui est rare chez les potes en question. Et oui il peut y avoir des exceptions individuelles comme nous mais au niveau des groupes le taux d’études atteint est généralement un indicateur fort de la place dans la hiérarchie sociale.

    Je ne dis pas qu’on doit jamais parler de racisme ou du sexisme quand on est prolo d’autant que hé femme et juive tu vois j’ai droit au deux mais je me méfie grandement des façons interclassistes de le faire car ça finit toujours par se retourner contre nous. En fait je parle pas de pauvres pour faire la fangirl de Marx mais parce que je me reconnais pas dans un féminisme ou un antiracisme qui partent d’une logique nationaliste au final qui présentent ces personnes comme des minorités. Les femmes c’est la moitié du monde et les blancs que 20% de la population mondiale (encore que des tas de débats questionnent cette limite par exemple l’hostilité contre les Européens de l’Est fait l’objet de controverses infini es sur si ce qu’ils subissent est du racisme ou non)…ça me semble donc bien plus cohérent de voir ça dans une perspective de lutte de masses et dans ce cas j’arrive pas trop à comprendre comment on peut l’aborder en esquivant la question économique. Tu le dis toi même les sujets se croisent facilement donc il y a un sens politique assez net à mon sens à ce que les versions interclassistes de ces mouvements ne les croisent quasi jamais pour moi ça tiens nettement du silence coupable.

    Et oui il y a plus de femmes noires parmi les pauvres et plus d’hommes blancs parmi les capitalistes. Par contre vu la sociologie moyenne des groupes féministes comme vu plus haut bah ça donne ce que je disais des bourgeoises qui expliquent la vie à des hommes prolos blancs sans arrête pour les traiter de sales privilégiés. Eux évidement ça les soule à juste titre et les rend hostiles aux revendications des femmes de leur propre classe sociale par contre coup et elles bah elles se retrouvent à devoir faire des choix et prioriser. D’où que sans grande surprise entre nous on priorise l’économie vu que c’est l’axe où on subit le plus la violence d’Etat qui justifie toujours le capitalisme quand il simule de condamner le racisme et le sexisme ce qui me parait pas un hasard non plus.

    Et oui le langage marxiste je te l’accorde c’est pas moins incompréhensible spontanément que le reste du blabla militant mais justement même si c’est un réflexe aujourd’hui j’ai perdu en l’acquérant la capacité d’en parler plus simplement je trouve que c’est un énorme problème qui rend les mouvements militants inaccessibles et finit par les changer à peu de choses près en gigantesques syndicats de profs qui au final délaissent énormément de gens parmi justement les plus démunis pour lesquels ils prétendent se battre mais qu’au fond ça exclue de ces mouvements.

    Concernant les geeks pour aller vite oui il y a des soucis mais pas plus pas moins qu’ailleurs et qu’ils soient aussi souvent ceux qu’on dénigre pour ça c’est plus de la stigmatisation que du hasard. Du coup des formulations comme la tienne c’est obligé que ça crispe. Après concernant Mar Lard et son article en dehors de bien sûr refuser qu’on la harcèle juste pour avoir donné son opinion sur le reste j’ai un peu du mal à la soutenir parce que j’admets ne pas trop me retrouver dans son propos et en avoir lu et écoute bien des réponses de joueuses qui m’avaient semblé plus convaincantes mais bon après c’est vrai que pour moi c’est assez secondaire dans la mesure où si des gars qui critiquent mon jeu en général je les explosent et ils la bouclent en fait. On va dire que je fais plus dans la pédagogie par l’exemple XD.

    Sinon autant des boycotts ou des pétitions qui aboutissent j’ai déjà vu autant contrer des remarques et des blagues j’ai jamais vu ça s’avérer autre chose qu’une perte d’énergie inutile dans les faits , ça m’a même a l’époque où on m’avait inculqué de le faire poser de gros problèmes sociaux que je pouvais pas me permettre étant dépendante d’un entourage pas infini en me faisant passer pour la chieuse de service, et dire ouais mais tu peux t’en trouver un mieux d’entourage outre que en fait non car pour moi socialiser est extrêmement difficile je me fais pas des nouveaux potes en cinq minutes d’une part et parce que ça revient à insulter mes proches sans les connaître (tu ne l’a pas fait mais croit moi j’y ai déjà eu le droit plus d’une fois hélas surtout de la part de gens moins sympathiques de très loin que les dits proches…et hélas je suis loin d’être la seule j’en ai reçu des tas de témoignages d’autre gens ayant eu droit au même problème avec le milieu militant).

    Oui oui je sais que selon Marx tout est politique. C’est pas car j’ai une forte influence marxiste que je suis d’accord avec tout ce que Marx a dit et justement pour le coup le tout est politique je suis pas convaincue du tout. Bon c’est peut être mon côté anarchiste mais je pense vraiment qu’on peut vivre hors du politique et que ce serait pas plus mal mais c’est une autre question.

    Pour terminer pour ce qui est de tes formulations bah il y’a diverses raisons pour que je le prenne comme ça en fait. Détailler tout serait trop long mais je vais finir sur trois exemples pour tenter de montrer pourquoi je le perçoit ainsi.
    1/Le titre qui emploie le terme de masculinité toxique déjà ça part très mal. Je vois mal un homme qui entend ça et se dit ah bon je suis toxique ok je vais me déconstruire en adoptant cette version du féminisme ça arrive pas juste. Et je ne pense pas que ce soit juste une histoire de ils préservent leurs privilèges mais car au fond ça ne veut rien dire. Je sais c’est un concept sociologique et bla-bla-bla mais déjà c’est un reproche ultra flou en lui même qui peut vouloir tout et rien dire. Ensuite c’est inscrit dans une tendance très anti humaniste qui vise à condamner tout et tout le monde pour une prétendue toxicité qui me semble très réactionnaire donc fatalement vu que cette approche ça me dispose très mal pour lire la suite. Enfin ça reste avant tout une insulte et je pense pas que les gars aient tort de juger que ça vient souvent d’un courant de donneuses de leçons moralistes qui leur reproche leur masculinité en elle même parce que l’idée de fond derrière souvent c’est qu’être un homme ce serait un mal en soi. (Quand c’est pas carrément le genre de gens qui traitent de toxiques tout ceux qui ne sont pas de leur avis hélas il y en a des tas des comme ça). Forcément comme ça renvoie à tout ça et des tas de très mauvais souvenirs parfois physiquement violents dans ce genre là en la matière forcément ma réaction face à un article de gauche avec un titre du genre bla-bla-bla toxique c’est de lever les yeux au ciel en mode oh non c’est reparti encore pour un tour. Je pense vraiment que c’est ce genre de trucs qui bousillent la capacité de lier les analyses que tu dit minoritaires à la lutte des classes plus classique de façon à nous la rendre accessible justement. Je pense sincèrement pour tout ça que si on sort pas du vocabulaire de la toxicité au plus vite la gauche il en restera vite plus rien ici déjà sue c’est bien parti. Je veux surtout pas qu’on devienne des USA bis avec des progressistes vs des conservateurs mais tous de droite mais on y courent tout droit à ce ce genre de trucs c’est pour ça que ça m’énerve autant bien que ça puisse sembler un détail.
    2) Quand tu dis que l’extrême droite manipule les plus jeunes et apolitiques par exemple c’est ce genre de phrases que je trouve méprisante et caricaturale parce que au final si j’en rajoute un peu une couche t’es pas si loin de dépeindre l’extrême droite comme un méchant de film et les gens qu’elle attire comme d’innocentes et naïves victimes disons le franchement pas très futées de se laisser s’y faire embrigader ça semble ton propos. Et en fait ça reflète pas ce que j’observe chez les gens qui partent à l’extrême droite. C,est bien plus complexe. Exemple : J’ai connu une fille noire et lesbienne prolo de mon quartier populaire qui est parti au FN et y est restée depuis,il y a rien qu’elle trouve plus raciste selon son point de vue que en gros la rhétorique intersectionelle universitaire qui n’a pas arrêté de lui courir après pour la faire adhérer à une politique ou comme antillaise évangéliste convaincue très fière de ses racines chrétiennes et nationaliste le genre patriote française qui trouve l’idée d’intégration fondamentale pour elle bah ce parti lui a paru plus en accord avec elle même. En plus vu qu’elle est encore plus pauvre que moi je me vois mal lui faire la leçon de quoi que ce soit en la traitant de facho ou que sais-je. Bref tout ça pour dire que les gens attirés par ces courants sont des humains et à force d’en donner une image soit diabolisée soit d’abrutis bah la gauche ne les écoutent pas rate le coche de pourquoi ces gens là délaisse et en bout de course fait monter ce parti qu’elle se veut combattre. Donc en gros si t veux vraiment l’éviter en parler comme ça me parait contre-productif. Au delà même que si ce parti est contraire à la loi l’interdire est constitutionnel et par le passé ce pays ne s’en est pas privé donc tout le foin qu’ils nous font à chaque élection là dessus s c’est une grosse blague ils le gardent sous la main comme épouvantail pour faire passer ce qu’ils veulent quand ça les arrangent tout en simulant un État démocratique. Enfin bon pendant ce temps Macron Check toutes les cases de la définition du pouvoir fasciste mais pour trouver des célébrités politiques de gauche qui s’en inquiète faut aller au Chili, à part ça dans ce pays tout va très bien. Notre plus gros problème c’est le sexisme dans les jeux vidéos (ce n’est pas ce que tu dis je sais mais à force que la gauche se focalise sur ce genre de débats quasi tout le temps et qu’on parlent jamais de la dictature En Marche le tout cumulé ça devient flippant et donne plus confiance. C’est moins l’article que l’ambiance générale où il s’inscrit ça pour le coup je sais bien on peut pas parler de grands sujets tout le temps….mais sincèrement j’ai beaucoup plus entendu des filles gueuler qu’on parlait trop des grands sujets et pas assez de Me Too que vraiment entendu qui que ce soit s’attaquer aux dits grands sujets dans la gauche récemment. Peut être qu’on a désespérer d’y arriver mais cést mal barré si on part battus d’avance. Bref j’ai beaucoup digressé mais ça m’a renvoyé à tout ça.

    3/ Et enfin il y a des affirmations qui sont simplement fausses comme « on ne peut pas douter en toute bonne foi du racisme et du sexisme systémique » par exemple. Pour le coup des gens qui sont supposés en être les premières victimes et qui doutent de leur existence ou ne les analysent pas selon la théorie systémique j’en connais plein. Douter de leur bonne foi juste car ils ne sont pas d’accord me parait gros. C’est ce genre de choses qui donnent l’impression que si on est pas en accord avec ça on est soit un sale oppresseur soit une idiote alien ne sans autre option possible, c’est exactement pour ça que les zeteticiens critiquent ce genre de théories politiques comme non recevables scientifiquement car ne pouvant pas être réfutée et sur ce point j’admets être d’accord avec eux. Je pense que c’est surtout ça d’ailleurs qui rend des tas de gens hostiles à cette façon de militer bien plus que ceux ci soient d’affreux sexistes ou racistes tenant à leurs privilèges à tout prix.

    Voilà j’ai fini. C’est long mais tu voulais du détail donc je t’en donne.

    Aimé par 1 personne

    1. Désolée j’ai répondu sous le premier commentaire 🙂
      Pour ce qui concerne les boycott et autres petites actions du quotidien dans le genre, je pense que ça se fait en deux temps. Que les voix individuelles, faibles au départ, font pas changé grand chose mais peut-être assez pour qu’un magasin, une supérette change un peu ses produits. Puis individuellement, la volonté devient de plus en forte (donnons l’exemple du bio ou du sans gluten), donc il y a de plus en plus de marques qui s’y mettent pour répondre à une demande grandissante. Finalement, les prix au départ élevés, se stabilisent puis diminuent et les gens, individuellement, qui ont plus accès à ce genre de produits passent le cap, et hop, on peut arriver à une transformation effective de notre alimentation par l’agro-alimentaire, de la gestion de nos déchets, de nos carburants, de la façon dont nous traitons nos élevages, etc. Même logique pour les revendications féministes ou antiracistes. Un effet boule de neige en fait. Après c’est trop résumer le cheminement, j’en ai conscience, mais je pense qu’avoir une vision que holistique dans ce genre de cas ne prend pas assez en compte le pouvoir des individus et donc des mouvements sociaux/sociétales. Et c’est aussi cette croyance qui peut décourager les individus qui voudraient agir, ne serait-ce qu’un tout peu… En se disant finalement que c’est inutile. Rien n’est jamais inutile, si le but est de rêver à un bien-être commun et un respect (entre êtres humains qu’importe son genre, sa couleur, ou sa classe économique mais aussi entre espèces en prenant compte de leurs environnements détruits et de leurs souffrances, notamment dans le cas de l’élevage intensif, causées par l’humanité) à mon sens 💚

      J'aime

      1. Sinon pour info le sans gluten c’est pas juste une histoire de bio c’est surtout parce que y a des gens cœliaques qui en ont besoin que c’est devenu plus accessible en fait c’est donc plus un truc de santé. Cependant c’est bon pour ces gens et éventuellement (encore que c’est controverse) ceux qui sont intolérants au gluten de façon plus large mais c’est pas un plus pour la santé ou l’écologie en soi que tout le monde se mette au sans gluten. C’est juste une mode pour la plupart des gens. Sinon le bio sans même compter la part très importante d’arnaques qui n’ont de bio que l’emballage de couleur vert même en partant du principe que tout le bio serait du vrai bio ce qu’on sait être très naïf bah…ça reste 1,71% de la production agricole française, donc ça a pas bougé côté production et côté consommation 71% des gens ont déjà bouffé du bio mais que 6% en prennent régulièrement comme leur alimentation quotidienne première donc c’est clairement de la com de prétendre que c’est plus accessible qu’avant. La plupart des gens bouffent de la merde industrielle car ils peuvent pas économiquement avoir autre chose dans leurs assiettes. Et puis sachant que ça c’est censé être l’exploitation d’un élevage moderne et « humain » exemplaire de 2020 no comment : https://mobile.france.tv/la1ere/guyane/infrarouge/1786009-les-damnes-des-ouvriers-en-abattoir.html#xtref=https://www.google.fr (attention regarde pas dans une mauvaise passe c’est assez désespérant mais ça reste là réalité de maintenant).

        Désolée mais je joue pas pour participer je joue pour gagner, j’ai pas envie d’investir du temps et de l’énergie dans des luttes dont j’ai pas la certitude qu’elles me soient utiles et de fortes chances de les voir aboutir sur le plus court terme possible. Je pense pas que rechercher l’efficacité dans ses combats soit une valeur de droite. Je veux pas me contenter de rêves je veux les concrétiser au maximum. Mon but n’est pas de décourager l’action mais de cibler les actions les plus urgentes’ nécessaires, réalisables et efficaces selon mon point de vue. Je vais pas encourager des gens à aller dans un sens que je perçois comme se faire avoir.

        J’arrête là par contre je lirais ton commentaire suivant mais je le commenterais pas tout ça m’a épuisée. J’ai bien besoin d’une pause hors WordPress et hors discussions politiques d’une bonne semaine.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s