Néha #1

Publié par

Osanué, la lune de Rhéa, se levait tendrement sur le sol poussiéreux de cette nouvelle planète. Néha avait fui la « Guerre d’Or » avec un sentiment de rancœur qui la faisait encore trembler à l’heure actuelle. La recherche du cristal quantique avait davantage déchiré l’humanité qu’elle ne l’avait unie pour un bien commun. Tant de morts par la faute d’un espoir idiot d’une humanité meurtrie par l’apocalypse, recherchant à tout prix, la solution à son plus grand problème : trouver l’équilibre entre son égoïsme et son amour du prochain. Cette phrase semble être, au premier abord, un paradoxe. Comprenez que ce récit est dévoilé par une jeune fille réaliste mais plutôt rêveuse qui préfère utiliser des mots doux pour exprimer la misère de ce monde. Enfin, le mot galaxie serait plus approprié pour parler de ce qui nous entoure, le monde connu de l’humanité. Plongée dans ses pensées, regardant avec son nouvel ami, la levée spectaculaire de cette lune dorée qui ne cachait rien de la splendeur du soleil, elle avait le cœur lourd tandis que son esprit était en proie à de nouvelles motivations dans le but de se changer, d’évoluer au mieux dans cette nouvelle société. Une culture tellement différente de celle qu’on lui avait inculquée tant elle est éloignée de plusieurs années lumières de sa planète d’origine. Son ami, rencontré aujourd’hui, ne pouvait en aucun cas l’aider dans cet apprentissage, cette socialisation aussi bien essentielle que nécessaire, puisqu’il n’était pas doué de la parole. Et un peu trop poilu, pour lui être d’une autre aide que celle de la protéger et de l’accompagner partout où elle voyage, habituellement seule. L’errance était devenue un phénomène commun pour tous, humain.e.s, depuis que tous les codes et les lois de l’Ancien Monde avaient disparu. Elle était simplement l’une des milliards d’êtres humains à parcourir la galaxie dans l’espoir d’une autre vie, une vie harmonieuse où l’on peut répondre à ses besoins primaires et naturelles des êtres humains. Tout ce qu’il faut pour être heureux à priori. Rien de compliqué pourtant, expliquent les Ancêtres de cette nouvelle ère. Ici, la vie n’est pas simple.

« Le stress de la crise économique galactique a été remplacé par la peur de mourir à tout moment, de ne pas trouver un endroit sûr où passer la nuit, de ne pas se rassasier et de mourir de faim, de voir nos proches assassinées devant nos yeux. Cette situation est la plus naturelle qu’il soit. Elle rappelle à l’humanité qu’elle n’est rien face à l’Univers. »

Ce slogan quasi-religieux résonnait à travers la ville de Taru jusqu’à la colline où Néha contemplait le paysage magique qu’elle venait de découvrir. La secte basée sur les préceptes de Nietzsche, un philosophe oublié, qui ramassait d’avantage de disciples à travers le système solaire à chaque instant passé, diffusait ce genre de message à travers les haut-parleurs de la ville grâce aux relais spatiaux dont la lune artificielle de Rhéa faisait partie. Elle eut soudainement une envie de voir cette belle lune explosée en des millions de petits morceaux dorés. Le monde serait mieux sans ces messages incessants…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s